Le FAES condamne les actes barbares perpétrés en son local

Le FAES condamne les actes barbares perpétrés en son local

Un constat légal sera dressé par les autorités compétentes afin de permettre au Fonds d’Assistance Economique et Sociale (FAES) de déterminer avec exactitude l’ampleur des dégâts causés par la fureur des policiers membres du groupe Fantom 509 qui exigent la libération de leur frère d’armes, Jean Pascal Alexandre, un agent de la Brigade de Lutte contre le Trafic de Stupéfiants (BLTS), incarcéré au Pénitencier national.

Dans l’après-midi du 16 septembre, plusieurs véhicules qui étaient garés sur la cour du FAES ont été incendiés par des policiers protestataires, qui ont saccagé plusieurs bureaux avant de tenter d’y mettre le feu, tout en intimidant les employés de l’institution. Ces actes sont barbares, illégaux et inadmissibles, de l’avis des responsables de l’institution qui les condamnent avec la dernière rigueur.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

«Cette situation doit interpeller tous ceux et toutes celles qui rêvent d’une Haiti où il fait bon de vivre, un pays sécuritaire, stable et prospère», font remarquer les responsables du Fonds d’Assistance Economique et Sociale (FAES) dans un communiqué de presse.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *