Le SPNH au bord de l’implosion, Yanick Joseph s’oppose au Comité

Le SPNH au bord de l’implosion, Yanick Joseph s’oppose au Comité

Selon une source digne de foi et relativement à certaines informations diffusées par des membres du Comité du Syndicat de la Police Nationale d’Haïti, Yanick Joseph est en ce moment à couteaux tirés avec le membres de cette structure.

À moins d’un mois de la reconnaissance du Syndicat de la Police Nationale d’Haïti (SPNH) et de la réintégration des 5 policiers révoqués pour atteinte à l’honneur de l’institution policière, déjà les leaders du mouvement sont en opposition avec Yanick Joseph, suite à certains de ses agissements jugés maladroits.

D’ailleurs, selon les témoignages d’un membre très influent du mouvement des policiers, Yanick Joseph serait un leader autoproclamé. Mais pour ne pas fragiliser l’objectif à atteindre qui est la mise sur pied d’un syndicat au sein de la Police Nationale afin de défendre les intérêts des policiers, les autres leaders se sont tus et ont laissé le champ libre à Yanick Joseph. Mais cette fois-ci, ç’en est trop et ils choisissent de mettre à nu la dame qui se cache derrière les lunettes.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Les motifs de cette division au sein même du comité du syndicat se justifie par le refus de Yanick Joseph de récupérer sa lettre de réintégration parce qu’elle exige que son dossier soit considéré comme vierge et qu’on y annule les motifs antérieurs de sa révocation, car soutient-elle, cela sera un obstacle à sa candidature au Sénat de la République en 2022. De surcroît, elle demande, dans les coulisses aux policiers, de prendre les rues afin de satisfaire ce desiderata personnel. Cette requête n’étant pas vue d’un très bon œil de la part de ses collègues qui ont déjà récupéré leur lettre de réintégration. Cette discordance est sur le point de provoquer l’implosion de la structure de management du SPNH.

De plus, la dame aux lunettes de soleil a aussi mis en question l’article de la charte du SPNH qui stipule qu’un policier désireux de participer aux élections doit démissionner 2 ans avant son inscription à cette élection, car cette mesure semble être en inadéquation avec ses objectifs personnels.

Toutefois, un très mauvais dénouement s’annonce dans cette affaire. Yanick Joseph qui, mélangeant mysticisme et politique, semblerait-il, se cache derrière les justes revendications des policiers pour satisfaire des intérêts et objectifs personnels voilés.

3 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

3 Comments

  • Dor Dorley Stone Punto
    30 mars 2020, 15:44

    Commentaire *

    REPLY
  • Cety Barberousse
    30 mars 2020, 18:00

    Elle a raison, sa revocation etait ilegale sa révocation était illégale c’etait un acte politique. De ce fait, elle n’a à signrr aucune lettre. Au contraire, l’institution policière devraient présenter à tous les cinq policiers une lettre d’excuse.

    REPLY
  • Pierre Ronald GENEUS
    30 mars 2020, 19:50

    Oui elle a parfaitement, l’administration de la PNH doit annuler les motifs de sa révocation. Si on revient la decision de revpquer les Policiers Leader de SPNH, pourquoi on ne veut pas blanchir leur dossier?D’ailleur le retrait des motifs de leur revocation devarit être mis sur table.Si les autres ne comprennent pas qu’il y va de leur interet tant pis pour eux.

    REPLY