Les médecins résidents de l’hôpital Sanatorium observent un arrêt de travail illimité

Les médecins résidents de l’hôpital Sanatorium observent un arrêt de travail illimité

Le seul centre de pneumonie du pays qui accueille des patients atteints de la tuberculose est dépourvu de tout. Aucun effort n’a été consenti par l’État haïtien depuis des années pour doter l’hôpital Sanatorium d’équipements et matériels pouvant améliorer les conditions de travail des médecins résidents. Les patients hospitalisés sont depuis quelques à la merci des médecins résidents qui ont leur lots de revendications.

À l’hôpital sanatorium les médecins sont traités en parent pauvre, ils n’ont pas les moyens pour effectuer les diagnostics, pas de gants, pas de masque pour prodiguer des soins aux malades, certains de ces médecins portent un seul cache-nez pendant une semaine, se plaint l’un d’entre eux, le Dr Anderson Jean-Baptiste.

Advertisement

Ce centre hospitalier a déjà reçu plusieurs cas de patients infectés au coronavirus. Le Dr Anderson Jean-Baptiste raconte que certains de ses collègues résidents avaient même contractés la maladie, cependant ils n’ont pas baissé les bras et continuent à servir la population.

Le pire, les protestataires qui sont des médecins en formation n’ont pas de moniteurs alors qu’ils sont en stage. L’hôpital n’a pas suffisamment d’internistes, de radiologues…, afin de superviser le travail de ces médecins. C’est qu’ils réclament, d’ailleurs, dans leurs revendications.

La dernière goutte d’eau qui fait renverser le vase : ces médecins ne perçoivent pas un centime de leur frais mensuel de 12 à 15 mille gourdes depuis 12 mois.

Par rapport à l’indifférence affichée par les autorités concernées, les médecins résidents refusent de rester les bras croisés. En ce sens, ils annoncent un arrêt de travail illimité qui débute à partir du jeudi 10 septembre afin de contraindre les responsables du Ministère de la Santé Publique de satisfaire leurs revendications.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *