Les policiers de la 29ème promotion réclament six mois d’arriérés de salaire

Les policiers de la 29ème promotion réclament six mois d’arriérés de salaire

Des policiers issus de la 29e promotion de la police nationale n’ont pas reçu leurs salaires depuis environ 6 mois, alors que l’inflation a grimpé, franchissant la barre des 20%. Les économistes parlent de hausse généralisée des prix.

Des policiers de cette promotion contactés par la rédaction de Haïti 24 sont montés au créneau pour fustiger le président de la République, Jovenel Moïse, qui n’a pas honoré sa promesse, faite il y a plus d’un mois, de leur faire parvenir leurs arrièrés de salaire.

En novembre dernier, lors d’une visite au commissariat de Carrefour, le locataire du palais national leur avait promis que l’État s’acquitterait, d’un un bref délai, des arriérés de salaire des policiers de cette promotion baptisée « Renaissance ». Environ deux mois après cette promesse n’est pas concrétisée.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • BÉNÊCHE
    4 janvier 2020, 08:38

    NON NON NON, CE N’EST PAS POSSIBLE, NOUS EXIGEONS ET À LA FOIS EXHORTONS VIVEMENT LES HONORABLES AUTORITÉS DU GOUVERNEMENT HAÏTIEN, FAISONS DE L’IMPOSSIBLES AFIN DE PAYER TOUS NOS POLICIERS DU PAYS, ILS ONT DES FAMILLE COMME VOUS TOUS, SI CERTAINS PARMI-EUX, SONT TOMBENT DANS LA CORRUPTION, L’ÉTAT EST À UN MILLION /100 LE SEUL ET UNIQUE RESPONSABLE, NOUS CONSEILLONS LE CHEF DE L’ÉTAT HAITIEN, SON EXCELLENCE JOVENEL MOISE ET LE TRÈS HONORABLE PREMIER MINISTRE JEAN MICHEL LAPIN, DE FAIRE DE L’IMPOSSIBLES POUR VERSER LES PAIEMENTS DE NOS AGENTS DE POLICE PENDANT CETTE SEMAINE QUI S’EN-VIENNENT,

    N.B- ILS ONT LE PAYS SUR LEURS DOS, PENDANT QUE TOUT LE MONDE SE TROUVE TRÈS CONFORTABLES DANS LEURS LITS, NOUS EXPÉDIONS NOS REMERCIEMENTS AUPRÈS DE LA PRÉSIDENCE ET LE BUREAU DE L’HONORABLE-PM- JEAN MICHEL LAPIN.

    SUIVENT NOS SIGNATURES.

    OSCAR MULLER

    J.ERNST BENOIT

    J.B BENECHE

    P. SAINTSOY

    REPLY