Manifestation du 18 novembre : un morts par balles, plusieurs blessés, véhicule de police et une station de service incendiés

Manifestation du 18 novembre : un morts par balles, plusieurs blessés, véhicule de police et une station de service incendiés

La manifestation organisée à Port-au-Prince, ce mercredi 18 novembre 2020, par l’opposition, pour exiger le départ du président Jovenel Moïse a été émaillée de violences. Elle a été le théâtre d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Un citoyen a reçu une balle dans la tête et a été tué, du coup.

De plus, deux manifestants qui circulaient à bord d’une moto ont été renversés par un véhicule de police ayant à son bord des agents de la Brigade d’opération et d’intervention départementale (BOID). Les blessés ont été conduits à l’hôpital par des ambulanciers.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Réunis au carrefour de l’aéroport baptisé depuis un certain temps « Kafou rezistans », les partisans et sympathisants du secteur démocratique et populaire, ayant à leur tête l’ex sénateur de l’Artibonite, Youri Latortue, ont pris la direction de l’autoroute de Delmas.

Sur tout leur parcours, les manifestants ont érigé des barricades de débris et de pneus enflammés dans la commune de Delmas. Arrivés à Delmas 48, les manifestants ont été contraints de rebrousser chemin, un cordon de sécurité a été mis en place par les forces de l’ordre. Pour disperser la foule, les policiers ont fait usage abusif de gaz lacrymogène.

En représailles, les manifestants ont incendié un véhicule de patrouille de police cantonné à 63. Des sapeurs-pompiers qui tentaient de circonscrire le feu ont été chassés par des jets de pierres. Une station de service a été incendiée par des manifestants en colère. Parallèlement, quelques dizaines de manifestants qui se sont montrés déterminés à se rendre au Champs-de-Mars, ont été dispersés violemment à coup de gaz lacrymogène
à Nazon.

Par ailleurs, un groupe de manifestants ayant à leur tête le leader de Pitit Dessalines, Jean Charles Moïse, a pris la direction du Boulevard Toussaint Louverture. Très déterminés à se rendre devant l’ambassade américaine à Tabarre, les sympathisants vêtus pour la plupart de noir et rouge, ont suivi Jean Charles Moïse comme des disciples. Cette branche de la manifestation antigouvernementale a été dispersée à coups de gaz lacrymogène. Seul Jean Charles Moïse est parvenu à délivrer son message.

2 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

2 Comments

  • Antoine Langomier
    19 novembre 2020, 02:54

    À la place des manifestants, je pourrais agir de la même manière, en habillant en NOIR et ROUGE, et tout en brandissant le drapeau du père fondateur de la patrie, le grand révolutionnaire Jean Jacques Dessalines. Les opposants Youri Latortue, André Michel, Ricard Pierre, Nenel Cassy… et Shiler Louidor, ne s’identifient à aucune idéologie. D’aucun pensent, ils sont en quête d’un autre Gérard Latortue ou le présumé assassin Privert. Le nouveau CONTRAT SOCIAL vs TRANSITION de RUPTURE. La ruée vers l’Or.

    Au moins, l’ancien sénateur JEAN CHARLES MOISE revendique l’Idéal Dessalinien. Les partisans de M. Jean Charles Moise ont raison de croire en lui, il a grandi idéologiquent. Et apparemment, il n’a rien à voir avec ses anciens patrons, les jouisseurs et bluffeurs Aristide-Preval. Depi kèk tan, Preval kite peyi fè yon ti respire. Allah vivan!

    Jovenel Moise panse se Rene Preval li te rele. Li te panse Opinyon Piblik Mawozo a (moun Aristide-Preval, Dimitri, Unibank… ak Privert) ta pral kite l finn dolote oligachi a tankou Preval te fè l, aprè pou l pase pouvwa a nan tipaskout bay yon lot minab. Vèkèlè. BWA MAREEEEEEEEEE.

    OQHI

    REPLY