Mise en accusation de Jovenel Moïse: des présidents de blocs s’engagent, Gary Bodeau s’en démarque

Mise en accusation de Jovenel Moïse: des présidents de blocs s’engagent, Gary Bodeau s’en démarque

Sur demande des trois blocs constitués de la Chambre basse, la requête de mise en accusation du président de la République pour crime de haute trahison, formulée par une vingtaine de députés, le 20 Février dernier, sera introduite dans l’ordre du jour de la prochaine séance plénière.

A cet effet, un procès-verbal a été dressé et paraphé par les présidents des trois blocs, en l’occurence, Jean Wilson Hyppolyte, Exinord Hermano et Jean Beaudelaire Noelsaint.

Un engagement désaprouvé par le président de la chambre des députés, Gary Bodeau. « Le document n’engage que les députés signataires », a fait savoir l’élu de Delmas.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Cependant, Gary Bodeau a précisé qu’il se pliera à la décision issue de la conférence des présidents. « Si la conférence des présidents décide d’introduire la motion de mise en accusation de Jovenel Moïse dans l’ordre du jour, je n’aurai aucun état d’âme », a-t-il affirmé.

Soulignons que l’insertion de la motion de mise en accusation du président de la République est une condition imposée par les députés minoritaires pour le bon déroulement de la séance de fermeture de la session extraordinaire et l’ouverture de la deuxième session ordinaire de l’année législative 2019.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *