Monsieur le Président, à quoi sert votre ministre de la justice?

Monsieur le Président, à quoi sert votre ministre de la justice?

« Gwo van ti lapli ». Cette expression créole résume parfaitement et à merveille la politique de Lucmane Delille à la tête du Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique. Parler pour ne rien dire, promettre pour ne rien faire, l’ancien GNbiste ne s’embarrasse jamais de protocole.

Si les bandits n’existaient pas, Lucmane Delille les inventerait. Le moins qu’on puisse dire, puisqu’à chaque sortie dans la presse, l’homme ne parle que des gangs armés dont il a lui-même peur. Comme la souris a peur du chat, Lucmane Delille tremble à la seule appellation de Barbecue, Chris La et passim…

L’on croyait que l’affaire des prisonniers graciés de manière irrégulière avait mis le titulaire du MJSP dans l’heure du cyclone, hors d’état de faire du bruit dans la République. L’on croyait que son sort était scellé suite aux déclarations du Premier ministre, Joseph Jouthe, laissant entendre que ‘’chacun doit assumer sa responsabilité’’. Et pourtant, l’homme a signé son retour et simule un faux regret d’avoir été absent du pays que ‘’les gangs armés ont défilé, pour la plupart à visage découvert dans les rues de la Capitale’’.

A quoi sert le ministre de la justice? Cette question nécessite une réponse pressante Monsieur le Président !

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

2 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

2 Comments

  • Antoine Langomier
    10 juillet 2020, 02:35

    Comme son pouvoir, le Gnbiste est en sursis. Un pouvoir en sursis n’a pas interet a’ mettre le Branle-Bas dans son camp. Le PM ne se differencie pas de son ministre de la justice, anpil bri. Et d’autant en plus, chat konnen rat konnen. De Pierre Esperance a’ Andre Michel, ils n’ont aucun doute, le G9 est l’allie’ du pouvoir.

    Les jours passent vite… L’Odeur gagne du terrain. Et le G9 ne pourra pas venir a’ la rescousse du pouvoir.

    L’Observatoire

    REPLY