X

X


Novembre 1989: gigantesques retrouvailles entre Berlinois de l’Est et de l’Ouest

Novembre 1989: gigantesques retrouvailles entre Berlinois de l’Est et de l’Ouest

LES ARCHIVES DU FIGARO – Pour trois millions d’Allemands de l’Est, c’est le premier week-end de la liberté. Récit des «folles» journées, dans les rues de Berlin, au lendemain de la chute du Mur.

Le 10 novembre 1989, les habitants de Berlin-Est passent enTrabant du coté de Berlin-Ouest.

Le 10 novembre 1989, les habitants de Berlin-Est passent enTrabant du coté de Berlin-Ouest. Rue des Archives/Picture Alliance/ Rue des Archiv

Article paru dans Le Figaro du 13 novembre 1989.

Du rire aux larmes. Berlin a vécu le week-end le plus fou de son histoire déchirée. Du pont de Glienike où s’échangeaient traditionnellement les espions venus du froid, à la Postdamer Platz, qui fut, avant le partage de la ville, son véritable centre, Berlin a célébré sa propre résurrection dans une atmosphère qui tenait à la fois du chaos et d’un Woodstock urbain.

En tout, près de trois millions d’Allemands de l’Est seront passés à l’Ouest en soixante-douze heures. Moins de 5 % d’entre eux auront choisi d’y rester. Les portes ouvertes dans le «Mauer» ont livré le passage à un raz de marée humain qui, aussitôt s’est déversé dans les rues de Berlin-Ouest où les «Ostbürger» ont pris d’assaut les banques où on leur a donné à chacun 100 marks, les magasins pour se jeter sur les fruits exotiques et les couches culottes, les cafés du Kurfürstendamm, les cabarets qui affichaient «entrées gratuites» pour tous les visiteurs de l’Est.

Une «allocation de bienvenue»

Sous les applaudissements

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

PREMIUM

Abonnez-vous pour 1€ seulement

annulable à tout moment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *