X

X


Pacification des quartiers chauds du pays: grand bruit, petit résultat

Pacification des quartiers chauds du pays: grand bruit, petit résultat

Le ministre de la Culture et de la Communication a, une nouvelle fois, annoncé que le Gouvernement et le haut commandement de la police mettent le paquet afin de freiner l’insécurité à Port-au-prince. Pacifier les quartiers chauds de la Capitale est l’une des missions que s’est fixées le directeur général de la Police Nationale d’Haïti Michel-Ange Gédéon.

Il en a fait mention sur son compte Twitter suite à la disparition du photojournaliste Vladimir Legagneur survenue le 14 mars dernier. Une disparition qui a sans doute annoncée la recrudescence de l’insécurité à l’entrée sud de la capitale.

Depuis cette phrase a été reprise par le president de la république Jovenel Moïse et le ministre de la Culture et de la Communication beaucoup plus souvent qui persiste à dire que le Gouvernement mettra tout en branle afin de freiner l’insécurité au niveau de ces zones.

Pourtant 4 mois après, les résultats sont peu probants, les habitants de la 3e cironscription de Port-au-Prince continuent de compter des cadavres. Ce week-end encore des rafales de cartouches ont été entendues dans ces zones.

Et le titulaire du MCC a tenté à nouveau de rassurer les concernées.

En conférence de presse, ce mardi 26 juin, il a informé que  »le Conseil Supérieur de la Police Nationale se réunit regulieremyent afin d’élaborer une nouvelle strategie pour freiner le phénomène de l’insécurité qui sévit à Martissant, Granravine, Village de Dieu notamment.

Guyler C Delva a, en outre, réitéré l’engagement du Gouvernement dont il est membre de doter la PNH d’outils nécessaires pour son bon fonctionnenment.

Les responsables de la PNH en auront besoin, dit-il précisant que le dossier de l’insécurité à Martissant doit être passé au peigne fin pour éviter, lors d’une éventuelle opération des agents de la PNH, des dommages collatéraux.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Cancel reply

1 Comment

  • Michaele Marie Therese BERROUET
    28 juin 2018, 10:05

    Yo pa fe omelet san kase ze

    REPLY