PARASOL exhorte le président à former un gouvernement d’union nationale au plus vite

PARASOL exhorte le président à former un gouvernement d’union nationale au plus  vite

Le parti Patriyot Rasanble Pou Sove Lakay (PARASOL) se positionne sur la crise politique qui sévit dans le pays. Yvon Bonhomme, directeur exécutif de ce parti politique réputé proche du pouvoir en place, encourage Jovenel Moïse à doter le pays d’un gouvernement d’union nationale composé de « technocrates »capables de mesurer l’ampleur de la crise qui ne cesse de perdurer.

Haïti ne peut se développer sans la valorisation de ces cadres, estime le directeur général du ministère des Haïtiens vivant à l’étranger et chef de parti politique.

« Nous, membres du Parti politique Patriyot Rasanble pou Sove Lakay (PARASOL), affirmons que ce pays a besoin de technocrates qualifiés avec des études prouvées, maitrisant la situation réelle du terrain, afin de mettre en place une politique saine, rationnelle et adaptée aux besoins du peuple », lit-on dans un communiqué de presse parvenu à la rédaction de Haïti 24, ce jeudi 6 février.

Le PARASOL se questionne sur le fonctionnement de l’appareil étatique qui ne fait qu’opter, en grande partie, pour des gens incultes sans aucune préparation valable, parachutés dans les postes de décision par les membres du parlement et d’autres secteurs non identifiés. Le parti veut qu’on fasse de la politique autrement car, souligne t- on, la politique est une science qui requiert des principes et des méthodes rigoureux.

L’avenir d’Hait doit passer obigatoirement par l’utilisation de la science et de la technologie dans les activités socio-économiques et politiques, préconise Yvon Bonhomme qui croit qu’il est temps d’en prendre conscience.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    8 février 2020, 17:47

    M. Yvon Bonhomme est en retard de phase. Son patron JOMO a passé trois ans à rater le Train des "Tèt kodèn." Parait-il, "pays lock" a fait bouger les lignes. M. Bonhomme est devenu sage avec des nuances (technocrates). Ici, vaut mieux tard que jamais ne s’adapte pas. Bonhomme, désolé!

    L’Observatoire

    REPLY