Passation de marchés : Jovenel Moïse ôte le pouvoir de contrôle de la CSCCA

Passation de marchés : Jovenel Moïse ôte le pouvoir de contrôle de la CSCCA

Par un décret publié le vendredi 6 novembre 2020 dans le journal officiel Le Moniteur par le pouvoir, le président de la République Jovenel Moïse a enlevé à la cour des Comptes son pouvoir de contrôle en matière de passation de marchés.

Avec ce texte, le gouvernement se dote d’un outil qui lui donne la légitimité de signer un contrat même si la Cour supérieure des comptes émet un avis défavorable.

L’article premier de ce décret stipule « La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif est consultée sur toutes les questions relatives à la législation sur les finances publiques ainsi que sur tous les projets de contrats, accords et conventions à caractère financier ou commercial auxquels l’État est partie.

« En toute matière, l’avis de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif est consultatif: s’il est obligatoirement requis, il ne lie ni la Commission Nationale des Marchés Publics, ni les autorités du Pouvoir Exécutif, ni les ordonnateurs, et ne saurait paralyser ou empêcher la conclusion des contrats, accords et conventions mentionnés au premier alinéa »,  précise l’article premier du décret.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Selon le même article, « La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif donne un avis consultatif dans un délai maximum de cinq (5) jours ouvrables à partir de la date de réception desdits questions et projets, autres que ceux intéressant la défense ou la sécurité nationale.

En ce qui concerne les projets de contrats, accords et conventions intéressant la défense ou la sécurité nationale, la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif donne un avis consultatif dans un délai maximum de trois (3) jours ouvrables à partir de la date de réception desdits projets. 
« Une fois les délais prévus aux troisième et quatrième alinéas expirés, la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif est réputée avoir rendu son avis consultatif et le processus se finalise.

Pour tous les marchés publics, l’avis émis par la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif est adressé à la Commission Nationale des Marchés Publics pour appréciation mais ne saurait remettre en question l’approbation de cette dernière préalablement donnée sur un contrat », conclut l’article premier.

L’article 2 du décret souligne que le contrôle de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif est exercé a posteriori. « La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif a pour rôle essentiel d’enregistrer tous contrats à lui communiqués, en vue de faciliter son rôle de contrôle a posteriori des fonds engagés au cours de l’exécution desdits contrats », stipule l’article 3.

« La Commission Nationale des Marchés Publics s’assure de la légalité des contrats qu’elle approuve et qu’elle autorise l’ordonnateur à exécuter dans le respect des Lois sur les finances et sur la comptabilité publiques. En aucun cas, l’exécution d’un contrat approuvé par la Commission Nationale des Marchés Publics ne peut être bloquée par un avis de la Cour supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif », selon l’article 4 du décret.

Dans l’article 5 on note que « L’article 153 du Décret du 17 mai 2005 portant organisation de l’Administration centrale de l’État se lit désormais comme suit : « Article 153.- Les contrats indiqués à l’article 131 du présent Décret sont transmis à la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif pour enregistrement et le contrôle a posteriori des dépenses qu’ils engendrent. »

« Tout avis de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif porte sur la provenance des fonds pour financer le projet concerné. En cas de marchés publics, cet avis est transmis à la Commission Nationale des Marchés Publics qui se charge de le communiquer, si elle le juge pertinent, au Ministre chargé des Finances et au Président du Conseil d’administration de l’entreprise publique concernée, dans le délai prévu par la Loi. »

L’article 6 indique qu’un arrêté pris en Conseil des ministres, sur proposition du Premier ministre, détermine les modalités d’application du présent décret. « À cet effet, cet arrêté fixe, entre autres, les limites de responsabilités des services de contrôle compétents du ministère chargé des Finances et précise les attributions des ordonnateurs », avance cet article.

« Le présent décret abroge toutes lois ou dispositions de lois, tous décrets ou dispositions de décrets, tous décrets-lois ou dispositions de décrets-lois qui lui sont contraires et sera publié et exécuté à la diligence du Premier Ministre et de tous les Ministres, chacun en ce qui le concerne », conclut l’article 7.

Ainsi en a décidé l’exécutif dans ce « Décret fixant les conditions dans lesquelles la cour supérieure des comptes et du contentieux administratif donne un avis consultatif sollicité sur les questions relatives à la législation sur les finances publiques ainsi que sur les projets de contrats, accords et conventions à caractère financier ou commercial auxquels l’Etat est partie et modifiant certaines dispositions du décret du 17 mai 2005 portant organisation de l’administration centrale de l’Etat », publié le vendredi 6 décembre 2020.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    8 novembre 2020, 20:38

    AYITI toutan!

    "Un homme s’engage dans sa vie, dessine sa figure, et en dehors de cette figure, il n’y a rien."
    Jean-Paul Sartre

    Le nom de l’individu au pouvoir ne m’intéresse pas. Je veux voir seulement sa Contribution dans la longue lutte du peuple haitien pour sa seconde Libération. Ce ne serait pas mauvais dans la mesure où le pouvoir dans sa Genèse démontrait une certaine velléité de DIVORCER avec les Pratiques Obscures des pouvoirs passés. C’est dommage, tel n’est pas le cas!

    Après trois ans de passage à VIDE, le président Jovenel Moise est venu trop tard dans un monde déjà trop vieux. Avant le "PAYS LOCK" (Privert II en perspective), il était prisonnier des malandrins du Parlement (la majorité du PHTK) et de l’Oligarchie. Et sans oublier, JoMo avait accédé au pouvoir, en oubliant de passer chez l’Orfèvre pour prendre son Anneau (grenn Zanno kay òfèv). Et ce n’est pas un hasard, le nom de Jovenel Moise figure 69 FOIS dans le rapport de la CSCCA!

    JoMo tente de faire les 11 Stations qui restent en agissant en Kangourou. Yo wè l.

    L’Observatoire des Questions Haitiennes et Internationales

    REPLY