PetroCaribe : ‘’Au sein du pouvoir en place on complote contre Laurent Lamothe’’

PetroCaribe : ‘’Au sein du pouvoir en place on complote contre Laurent Lamothe’’

Le Parti politique Peyizan ose dire haut et fort ce que certains, jusqu’ici, disaient tout bas : dans les plus hautes sphères de l’administration de Jovenel Moïse, un complot est ourdi en vue de faire passer l’ancien Premier ministre, Laurent Lamothe, comme le dilapidateur des fonds PetroCaribe.
Les comploteurs ont des alliés de tout acabit; des parlementaires, des membres de la classe politique, des hommes d’affaires entre autres font front commun pour tenter d’éteindre l’ancien chef de la Primature de la scène politique.
Ils pensent et disent que Laurent Lamothe a des velléités de se présenter aux prochaines élections présidentielles. Ils ont peur de cette figure politique sciemment construite sous l’administration de Michel Martelly.

Après la falsification des chiffres dans des laboratoires politiques, la mise en branle d’une machine d’accusations mensongères, aujourd’hui ils manipulent l’appareil judiciaire, convainquent le chef du Parquet de prendre des décisions illégales et inconstitutionnelles.

À tort, ils pointent du doigt dans l’affaire PetroCaribe cinq anciens Premiers ministres, mais ne s’intéressent véritablement qu’à un seul. ‘’Sou mango mi yo voye roch’’.

En jetant ce pavé dans la mare, le parti politique Peyizan attire l’attention sur la nécessité de laisser la justice faire son travail en toute sérénité, sans influence aucune.

Le pari est difficile. Se perpétuer au pouvoir, construire leur capital politique, rester en vie dans les débats, voilà ce que veulent les détracteurs de l’ancien titulaire du MPCE.

Ceux-là qui veulent à tout prix la tête de Laurent Lamothe semblent ne pas dormir la nuit. Ils cherchent des stratégies. Auront-ils raison de lui ? Ceux qui ont bénéficié des grands travaux, des grands projets de l’ancien Premier ministre, la grande majorité, vivent la peur au ventre face à une Justice achetable. En tout cas, imperturbable, la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratifs (CSC/CA) poursuit son enquête. Apparemment, elle est immunisée contre toute tentative d’influence politique malsaine. Ceux qui croient en une justice équitable s’en remettent à la Cour des comptes. D’ici le début de l’année prochaine, la vérité pourrait sortir du puits.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *