X

X


PetroCaribe-Corruption : Patrick Noramé et Nenel Cassy cités dans un rapport de l’ULCC

PetroCaribe-Corruption : Patrick Noramé et Nenel Cassy cités dans un rapport de l’ULCC

Nouveau rebondissement dans l’affaire de corruption impliquant l’ancien directeur du BMPAD, Patrick Noramé. L’Unité de Lutte Contre la Corruption confirme des cas de concussion, de passation illégale de marchés publics et d’enrichissement illicite qui caractérisait la gestion de l’ancien Directeur Général du Bureau de Monétisation des Programmes d’Aide au Développement (BMPAD) sous le président, Jocelerme Privert.

Dans ce rapport d’enquête transmis en octobre 2018 au Parquet de Port-au-Prince, l’ULCC a mis en lumière des pratiques de gaspillage et de corruption au sein de cette institution.

La Fondation “Je Klere” qui a salué ce document note toutefois des faiblesses dans l’enquête et recommande son approfondissement. C’est en ce sens que Marie Yolène Gilles, responsable de cet organisme de défense des droits humains appelle la justice à prendre sa responsabilité dans cette affaire.

Marie Yolène Gilles, responsable de la Fondation, qui est revenu sur quelques faits importants mentionnés dans ce document de l’ULCC : ‘’Le 21 janvier 2017, Patrick Noramé décida de conclure sans appels d’offres et sans avis de la Cour des comptes deux contrats de services avec deux nouveaux transporteurs de produits pétroliers : TRANSMAX et COHAT Express pour un montant de cent sept millions de gourdes dont 42 millions pour TRANSMAX et 65 millions pour COHAT Express.

En date du 23 décembre 2016, Patrick Noramé a acheté pour le BMPAD trois motocyclettes qui coutent quatre cent dix-sept mille cinq cent cinquante gourdes chacune. Deux des trois motos ne sont jamais vues physiquement.

Plus loin, le rapport de l’ULCC fait état d’un compte conjoint ouvert au nom du sénateur Nenel Cassy et M. Lainé Evens. D’autres comptes conjoints ont été également ouverts au nom de : Patrick Noramé et Marjorie Cinely Noramé (compte fermé) ; Serge Philippe Pierre et Nicole Pierre ; Serge Philipe Pierre et Charles Judith Pierre.  

“Un rapport acceptable”, estime la fondation, qui relève toutefois de grandes faiblesses et note plusieurs choses importantes, notamment la non-déclaration de patrimoine de Patrick Noramé.

Nommé à la tête du Bureau de Monétisation des Programmes d’Aide au Développement en avril 2016 sous la présidence de Jocelerme Privert, Patrick Noramé a fait l’objet d’une mesure d’interdiction de départ. Pour l’instant, le dossier est au Parquet de la capitale, qui a saisi le cabinet d’instruction pour une enquête approfondie. Dans son rapport de 18 pages rendu public jeudi dernier, la Fondation Je Klere rapporte que l’affaire Noramé est confiée au juge d’instruction Berge O. Surpris.

 

3 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

3 Comments

  • Sese lafonfontant
    21 janvier 2019, 17:14

    Mw byen kontan se sou Yon gouvernement Lavalas sa rive se te sou privert antouka gen Moun ki ka pran Yon 10 pou san sou Pep la men li fe Yon bagay pou Pep ,men genyen ki vole ki pa fe menm ooooh

    REPLY
  • Sandra Jeune
    22 janvier 2019, 14:49

    Je pense que c’est un cas tres significatif dans la comprehension des luttes sociopolitiques dans le pays, dans la mesure ou le Senateur Nenel Cassy et Me Michel Andre (se nommant Avoka pep la) faisaient partie des denonciateurs acharnes de la corruption au BMPAD. Alors qu’au fond, ils en beneficient.
    Quel paradoxe!

    REPLY