Policiers assassinés et brûlés vifs, Michel-Ange Gédéon annonce que les coupables seront punis

Policiers assassinés et brûlés vifs, Michel-Ange Gédéon annonce que les coupables seront punis

La recrudescence de l’insécurité dans le pays s’accompagne d’une nouvelle pratique qui consiste à  »bruler des gens vifs ».

Utilisée par les malfrats pour semer la terreur au milieu de la population haïtienne, une telle pratique tend à se répandre.

Au moins 3 personnes sont mortes dans ces conditions au cours de ce mois : des policiers et des agents douaniers.

Dans un communiqué de presse, le directeur général de la police, Michel-Ange Gédéon, dit constater «avec douleur et stupéfaction» la recrudescence de la pratique. Michel-Ange Gédéon assure que ces actes seront punis.

 »A la faveur d’une conjoncture politique faite de confusion, de calomnies, d’intimidations et de menaces de toutes sortes, une pratique que l’on croyait à jamais révolue refait surface. En effet, c’est avec douleur et stupéfaction que la DGPNH a constaté la recrudescence de la pratique qui consiste à brûler des gens », lit-on dans cette note portant la signature du chef de la PNH.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Il cite entre autres , des cas qui ont  »choqué et scandalisé toute la communauté ».

Le cas du policier affecté au CIMO, Durosier Jurond, brûlé vif le 19 novembre dernier au Centre-ville et celui du policier Charles Jocelyn, tué par des pneus enflammés à Chalon, dans les Nippes, le 21 novembre 2018 et celui des trois agents douaniers attaqués, assassinés et lynchés en plein jour, le samedi 25 novembre, dans l’enceinte même du Commissariat de police.

 »Trop c’est trop », écrit le directeur général de la PNH qui souligne à l’attention des exécutants et aux auteurs intellectuels de ces actes que  »de telles pratiques ne seront pas tolérées ».

Toutes les unités ont été instruites afin d’agir avec la dernière rigueur contre de pareils actes .

Plus loin, le haut-gradé de la PNH dit déplore que des citoyens et citoyennes aient trouvé la mort dans des circonstances aussi horribles à La Saline, le 13 novembre dernier.

Michel -Ange Gédéon a annoncé qu’une enquête est ouverte sur chacun des cas identifiés. Les suspects seront remis à la justice conformément à la loi, conclut-t-il.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Hary Thomas
    29 novembre 2018, 12:43

    Nap lanse yon apel bay tout movèz fwa kap simen laterè nan mitan pep Ayisyen an, nou pofide pou nou di prezidan jovenel moyiz mare senti patalonl poul garanti pep la bon jan sekirite,li pa posib pou lavi moun pa respekte konsa ,prezidan dwe konnen pep la avel paske li eli pa grand majorite a.

    REPLY