« politique, des ennemis d’hier peuvent devenir amis aujourd’hui », Simon Dieuseul Desras dixi

«  politique, des ennemis d’hier peuvent devenir amis aujourd’hui », Simon Dieuseul Desras dixi

La question du dialogue entre le pouvoir et des acteurs de la frange radicale de l’opposition continue de susciter des remous. Cette fois, c’est à l’ancien sénateur Simon Dieuseul Desras de faire des révélations.

Sur une station de la capitale, cette semaine, l’ancien président de l’Assemblée nationale a adopté une position pour le moins étonnante. Opposant farouche au pouvoir, l’ex parlementaire se dit prêt à dialoguer avec le président de la République.

« Un démocrate ne doit pas refuser de dialoguer », a-t-il dit.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Interrogé sur les rumeurs faisant croire que son nom figurerait sur la liste des éventuels remplaçants de Joseph Jouthe à la Primature, Simon Dieuseul Desras se veut prudent. Il dit attendre l’appel du président, après il saura quoi faire.

L’homme qui a toujours eu des révélations fracassantes et troublantes contre le pouvoir, ne voit aucun problème dans la cohabitation.

« Des ennemis d’hier peuvent être des amis aujourd’hui », a-t-il laissé entendre.

D’un autre côté, l’ancien sénateur Evallière Beauplan a lui aussi révélé avoir reçu des appels téléphoniques du président Jovenel Moïse, et ses frères de combat le savent.

« Je me rappelle avoir été dans une rencontre chez le député Manès Louis. Jovenel Moïse m’a appelé. J’ai présenté l’écran de mon téléphone aux autres participants. Ils m’ont demandé de répondre au plus vite », a fait savoir M. Beauplan.

Jovenel Moïse a l’habitude d’appeler d’autres acteurs de l’opposition, notamment durant la période de protestation de fin 2019 (Peyi lòk), selon les révélations de l’ex parlementaire.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    27 octobre 2020, 21:12

    Dans toutes les Classes Sociales du pays, il y a une crise de Patriotes. Les avadras, les malandrins… et les Sendenden ont pignon sur rue. Desras… et Beauplan n’ont rien fait de mal. Ils pourraient étonner ce qui observent à la Loupe les rejets politiciens si toutefois malgré vent et marrées, ils gardent une certaine Constance.

    Pour la énième fois, Desras… et Beauplan sont en quête de réussir en dehors des yeux des "Analfabèt pa bèt." Sous Privert I, ils étaient à l’œuvre. Desras au ministère de l’ "environnement" et Beauplan ne manquait pas d’augmenter son capital dans les charriots de l’aéroport. À cette époque, Assad Volcy s’empressait d’abandonner "Pitit Dessalines" pour s’occuper du ministère des affaires sociales via son ami. L’ Échec de Privert II (peyi lock) crée la Pagaille au sein des rats…

    Il est plus d’une fois prouver moun ki manke moun ki pa gen okèn Konviksyon Politik ak Ideyologik paka fè peyi. Soti 1986 rive 2020, yo TOUJOU chèche sove tèt yo angrenn senk. Dans le décor qui se dessine, il est temps pour les Anacasis… et les Alfred Micanor d’occuper les micros des journalistes qui ne rêvent que de servir le Système…

    Par cette nouvelle de Desras… et Beauplan, le Système prouve encore une fois toute sa vitalité, il ne fait aucun cadeau. Il continue de mettre inlassablement dans ses Sacs toutes les saloperies du pouvoir et de l’opposition. En rangs serrés vers la route du "Shithole" et du Chaos.

    L’Observatoire des Questions Haïtiennes et Internationales

    REPLY