X

X


Pour leur régularisation au Chili, le calvaire des Haïtiens commence !

Pour leur régularisation au  Chili, le calvaire des Haïtiens commence !

Suite aux nouvelles dispositions relatives à la régularisation du statut des migrants adoptées par le nouveau Président chilien Sebastian Pinera, la situation semble être compliquée les Haïtiens qui vivent dans ce pays. Ils font face à d'énormes difficultés dans le cadre du processus de régularisation de leur statut.

Pour obtenir la résidence définitive, exigence est faite aux ressortissants haïtiens de soumettre des documents. Parmi les pièces exigées, figure le certificat de bonne vie et moeurs qui doit être délivré par le ministère haïtien de la Justice (Port-au-Prince).

Vu le nombre élevé de cas à traiter, les autorités haïtiennes craignent de ne pouvoir répondre à toutes les demandes dans le délai imparti par le Gouvernement chilien qui expirera le 22 juillet 2019.

Mercredi, une vive tension a régné devant les locaux du Consulat haïtien au Chili. À la base de cette situation, le Consulat haïtien réclamait des frais de 80 dollars US des demandeurs de certificat de bonne vie et moeurs.

Les migrants ont jugé injuste ce tarif fixé par les autorités consulaires haïtiennes. Ils réclamaient une réduction, proposition acceptée peu après le soulèvement des migrants. Les frais ont, par conséquent, été réduits à 25 dollars.

Nombreuses sont les demandes formulées auprès du consulat, pourtant les pièces tardent à être livrées.

Un document consulté par Haïti 24 sur le site du ministère chilien des Affaires étrangères précise la procédure à suivre dans le cadre de la régularisation des migrants. Le dossier de régularisation comprend deux étapes: l’enregistrement débuté le 23 avril où les migrants devaient uniquement se présenter avec leurs pièces d’identification. Cette étape a pris fin le 23 mai pour ceux qui sont arrivés au Chili par des points d’entrée irréguliers. Néanmoins, pour les Haïtiens, cette étape prendra fin le 22 juillet 2018, puisqu’ils sont entrés dans ce pays considéré comme la “terre promise” dans la grande majorité par les aéroports.

Enfin, la seconde étape s’étend du 23 juillet 2018 au 22 juillet 2019. Elle consiste à recueillir les certificats de bonnes vie et moeurs ou les visas de travail temporaire de la part de ceux qui se sont fait enregistrer lors de la première étape pour l’Eldorado des migrants haïtiens.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Cancel reply

1 Comment

  • Ghislaine Cadet.
    27 août 2018, 19:06

    Se nan tout peyi process sa a pas fasil se gouvenman haitiens ki dwe r e ponn au pivit a demand imigran yo. Deja se Yon gwo Chan’s ke yap bay yo papier san gwo problem au lie nou kritike. Epi sa nou fe ki pi bone . Chili se sekey gouvenman se kadav.se kotel pou nou plenyen

    REPLY