X

X


Quel bilan humain, économique et politique peut-on dresser des guerres de Religion?

Quel bilan humain, économique et politique peut-on dresser des guerres de Religion?

LE FIGARO HISTOIRE – Le nouveau numéro du Figaro Histoire explore les quatre décennies qui, de 1562 à 1598, virent la France se déchirer entre catholiques et protestants. Baptisées guerres de Religion, elles furent en réalité une série de huit guerres civiles, où les préoccupations religieuses se mêlèrent sans cesse aux arrière-pensées politiques.


Cet article est extrait du «Figaro Histoire», Dans l’engrenage des guerres de religion, 132 pages, 8,90 €, disponible en kiosque et sur le Figaro Store.


Il est difficile d’évaluer l’impact démographique de près de quarante ans de guerres. On peut estimer que, de dix-sept à dix-huit millions d’habitants en France en 1560, on serait tombé à seize millions en 1600. Reste à savoir quelle fut la part, dans ce déficit d’un à deux millions d’individus, des actions de violence et de guerre, des famines, de la peste et des conditions climatiques, comme le très rigoureux hiver 1594-1595.

Sur le plan économique, les choses sont plus nettes. En 1598, l’endettement de la monarchie est énorme et la France considérablement appauvrie. La politique monarchique, en s’appuyant sur la gestion habile et rigoureuse de Sully, s’attache à la reconstruction des ponts, des relais de poste détruits, et à la remise en état des principaux axes de circulation. La guerre a dépeuplé certains «pays» et, en 1598, des terres jadis cultivées sont en friche. «Quiconque aurait dormi quarante ans penserait voir non la France, mais le cadavre de la France», écrit Etienne Pasquier. Ailleurs, des indices indiquent que la récupération agricole serait allée vite, soutenue par de bonnes récoltes en 1604 et 1609, et par un encouragement du pouvoir aux innovations agricoles comme les cultures du houblon ou du mûrier.

Les villes, qui ont subi les conséquences des troubles – difficultés d’acheminement des matières premières et de mise en circulation des produits manufacturés, chômage, ruines de maisons de commerce -, sont en crise à la fin de la décennie 1590. Certaines, comme Toulouse, tardent à retrouver leur prospérité d’avant-guerre. Lyon, dont l’industrie de la soierie retrouve vite un bon niveau de production, ne récupère pas sa place prééminente de centre des affaires, car les marchands étrangers ont déserté les foires depuis 1589 et se font rares encore en 1605. Sur la côte ouest, les ports de Saint-Malo, Brest, La Rochelle, dont les activités commerciales avaient été fortement entravées depuis 1584-1585, connaissent, comme Paris, une reprise certaine, tout comme Rouen grâce à son industrie textile.

Sur le plan politique, Henri IV promeut un «second absolutisme». Il succède à celui mis en place par François Ier, fondé sur la figure d’un roi comparé à un nouvel Hercule, seul détenteur de l’autorité au nom de Dieu et selon une vision de la Création où l’obéissance est le principe même de vie. La puissance souveraine du roi en tant que «puissance absolue et perpétuelle d’une République», comme l’avait écrit Jean Bodin, est désormais «sans partage» et «n’est limitée ny en puissance, ny en charge, ny à certain temps».


De 1562 à 1598, huit guerres de Religion opposèrent les partisans de la Réforme protestante aux défenseurs de la foi catholique traditionnelle. Avec l’aide des meilleurs spécialistes, Le Figaro Histoire décrypte les rouages de ces guerres civiles qui déchirèrent la France des Valois. Quelle fut la part de l’incandescence religieuse et celle des arrière-pensées politiques? Qui ordonna réellement le massacre de la Saint-Barthélemy? Comment la violence s’empara- t-elle de chaque camp? Comment l’Edit de Nantes parvint-il à pacifier le royaume? De Catherine de Médicis à Henri IV, du duc de Guise à Henri III, ce dossier exceptionnel fait la lumière sur une époque trouble mais fascinante.

Dans l’engrenage des guerres de religion, 132 pages, 8,90 €, disponible en kiosque et sur le Figaro Store.


Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Cancel reply