Reconduction d’anciens ministres: Jovenel Moïse et Jean H. Céant appliquent une vieille pratique politique

Reconduction d’anciens ministres: Jovenel Moïse et Jean H. Céant appliquent une vieille pratique politique

Le Président Jovenel Moïse et le Premier Ministre Jean Henry Céant ont signé l’arrêté formant le cabinet ministériel mercredi soir. Après de longues attentes, le pays connaît désormais qui auront la responsabilité d’appliquer la politique gouvernementale. Si des parlementaires saluent la formation du cabinet, d’autres n’ont pas caché leur indignation parce que d’anciens ministres (6 au total) ont été reconduits. Ces parlementaires ne s’intéressent pas aux performances de ces ministres mais estiment qu’ils n’ont pas leur place dans cette nouvelle équipe. Il faut souligner à ces parlementaires et à l’opinion publique en général que cette pratique de reconduire d’anciens ministres n’est pas nouveau. D’Aristide II à Michel Martelly, beaucoup de ministres ont été reconfirmés à leur poste.

Ainsi après la démission de Jean Marie Chérestal, Yvon Neptune et Jean Bertrand Aristide ont nommé 8 ministres de l’ancien cabinet. Joseph Phillipe Antonio (Ministère des affaires étrangères) Eudes St Preux Craan (Ministère des affaires sociales), Sébastien Hilaire (Ministère de l’Agriculture), Faubert Gustave (Ministère de l’économie et des finances), Leslie Voltaire (Ministère des Haïtiens vivant à l’étranger), Webster Pierre (Ministère de l’Environnement), Martine Deverson (Ministère du Tourisme) et Henry Claude Voltaire (Ministère de la santé publique et de la population).

Après les émeutes de 2008, le Premier Ministre Jacques Edouard Alexis a été contraint à la démission, laissant derrière lui un maigre bilan de 2 ans. Désignée par René Préval et ratifiée par le Parlement, Michèle D. Pierre Louis a reconduit 8 anciens ministres de l’équipe de Jacques Edouard Alexia. Marie Laurence Jocelyn Lassegue (Condition Féminine), Jean Marie Claude Germain (Environnement), Daniel Dorsainvil (Finances), Paul Antoine Bien-Aimé (Intérieur), Jean Max Bellerive (Planification), Patrick Delatour (Tourisme), Joseph Jasmin (Ministre chargé des relations avec le parlement) et Joanas Gué (Secrétaire d’état à l’Agriculture promu titulaire du même ministère).

Le 6 septembre 2008, Jean Max Bellerive, remplaçant Michèle D. Pierre Louis, a reconduit 11 anciens ministres. Joseph Jasmin (Ministre chargé des relations avec le parlement), Alex Larsen (MSPP), Patrick Delatour (Tourisme), Jean Max Bellerive (Planification), Evans Lescouflair (Sport), Joël Desrosiers Jean Pierre (Education), Joanas Gué (Agriculture), Marie Laurence Jocelyn Lassègue (ancien MCDF reconduite à Ministère Culture et communication), Paul Antoine Bien-Aimé (Intérieur), et Jean Marie Claude Germain (Environnement).

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Martelly a désigné Gary Conille comme son PM. Celui-ci a passé environ 10 mois à la tête de la primature. Le 16 mai 2012, Laurent Lamothe a été ratifié par le parlement avec 9 membres de l’ancienne équipe. Laurent Lamothe (Affaires Etrangères), Wilson Laleau (Commerce), Yannick Mezile (Condition féminine), Réginald Paul (Éducation), Daniel Supplice (MHAVE), Thierry Mayard Paul (Intérieur), Florence D. Guillaume (MSPP), Stéphanie Balmir (Tourisme) et Jacques Rousseau (MTPTC).

Après le départ de Lamothe, Martelly a choisi Evans Paul. Ce dernier a formé son cabinet avec 9 anciens ministres. Pierre Richard Casimir (ancien Ministre Affaires Etrangères reconduit au Ministère de la Justice), Yves Germain Joseph (Planification), Wilson Laleau (Économie et Finances), Nesmy Manigat (Éducation), Jacques Rousseau (MTPTC), Florence D. Guillaume (Santé publique), Stéphanie Balmir (Tourisme), Duly Brutus (Affaires étrangères) et Jean François Thomas (Agriculture).

Comme on vient de le démontrer, ce n’est pas pour la première fois qu’un Président et un Premier ministre choisissent de reconduire certains ministres. Cela dit, le Parlement ne doit pas se servir de ce prétexte pour faire traîner les choses et empêcher au pays de revenir sur les rails de la stabilité. Le temps est à l’urgence. Le pays est en pleine saison cyclonique. Des investisseurs étrangers sont en attente d’un signal. Si le parlement ne trouve rien d’anormal dans la déclaration de politique générale du PM, pourquoi le pays doit il encore attendre ?

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Gui Charles Saint Julien
    6 septembre 2018, 15:17

    J’ appelle au bon jugement des parlentaires pour terminer avec le proceso du PM.Le peuple haïtien attend désespérément cette grande nouvelle.

    REPLY