Remontée de l’insécurité : Les Nations Unies préoccupées

Remontée de l’insécurité : Les Nations Unies préoccupées

Le Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) se dit préoccupé face à la recrudescence de violence des gangs occasionnant des violations graves des droits humains dans le pays.

Entre janvier et juin 2020, le BINUH dit avoir documenté au moins 159 personnes qui ont été tuées et 92 autres blessées – y compris des enfants, en raison de la violence liée aux gangs qui sévit sur l’étendue du territoire national et en particulier dans les quartiers populaires marginalisés de la zone métropolitaine, où des affrontements entre gangs armés ont récemment occasionné d’importantes pertes de vies.

« La population des quartiers contrôlés par des bandes armées endure un niveau de violence intolérable », a noté le BUNUH qui rappelle que ces violations pourraient constituer des crimes internationaux en vertu du droit relatif aux droits de l’Homme et constituent également des crimes relevant du droit pénal haïtien.

« Les responsables doivent être arrêtés et poursuivis et l’État, à travers ses institutions, doit prendre des mesures effectives pour protéger le droit inaliénable à la vie de tous les citoyen(ne)s et mettre fin à l’impunité et aux cycles répétitifs de violence en Haïti », peut- on lire dans cette note.
 
Le BINUH exhorte une fois de plus les autorités haïtiennes à poursuivre les auteurs présumés de crimes, d’abus ou de violations des droits de l’Homme, et d’exécuter les actes judiciaires émis, y compris le mandat d’amener émis à l’encontre de plusieurs chefs de gangs, notamment Jimmy Cherizier, alias « Barbecue », visé par un mandat émis en février 2019 pour son implication présumée dans les attaques de Grande Ravine, en Novembre 2017 ou dans des autres incidents meurtriers, dont celui de La Saline en novembre 2018 et de Bel Air en novembre 2019 et plus récemment dans les incidents de Pont Rouge et Cité Soleil.
 
Par ailleurs, le bureau des Nations Unies rappelle au Gouvernement « l’importance de doter la Police Nationale d’Haïti (PNH) et la Commission Nationale de Désarmement, Démantèlement et Réinsertion (CNDDR) de moyens financiers et logistiques adéquats, dans le cadre d’un processus transparent des marchés publics, pour bien remplir leurs missions respectives » tout encourageant les partenaires internationaux à continuer leur appui à ces institutions clés pour l’état de droit en Haïti.   
 
Pour finir, le BINUH réaffirme son engagement auprès des partenaires étatiques et de la société civile pour prévenir et répondre à ces violences, y compris en appuyant les autorités nationales dans le renforcement de la capacité de la PNH et des institutions judiciaires, ainsi que dans la mise en œuvre de programmes de réduction de la violence communautaire, menés par les autorités haïtiennes, notamment la PNH et la CNDDR.

2 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

2 Comments

  • Antoine Langomier
    12 août 2020, 15:07

    HAITI SA KAP KWIT, 13 août 2019, il y a un (1) an. L’interview de M. JEAN REBEL DORCÉNAT au micro du journaliste ROBENSON GEFFRARD

    Sur FACEBOOB, le chapeau pour annoncer Jean Rebel Dorcénat est libellé ainsi: Des révélations chocs sur la vente des MUNITIONS qui alimentent les GANGS dans le pays. Des gens HAUTS PLACÉS au PALAIS National qui font OBSTACLE au travail de la CNDDR, Jean Rebel Dorcénat, membre de la commission de désarmement.

    Je prends le temps nécessaire de l’écouter et de vous faire part de cet EXTRAIT en vue de mettre le "pouvoir" et le BINUH face à leurs Responsabilités. En Principe, ce n’est pas la responsabilité du BINUH. Comme les deux OCCUPATIONS en dix ans (1994 et 2004), le BINUH est sur place à cause de l’ÉCHEC des HAITIENS, incapables d’édifier l’ ÉTAT-NATION.

    J R Dorcénat, "Pi GWO PWOBLÈM peyi a genyen se Pwoblèm KATOUCH la.

    R Geffrard kesyon: Bon gen yon mache? Gen de moun kap vann Katouch? Gen yon moun ki kontwole sa isit?

    J R Dorcénat repons: Gen 10/11 moun ki nan komès KATOUCH la. Gen a pe prè 10/11 moun kap Achte Katouch lòt peyi vin vann an Ayiti.

    R Geffrard kesyon: Ou konn non yo? Banm kèt non.

    J R Dorcénat repons: (Ri), Wi, mwen konn non yo, mwen paka lage l konsa…

    R Geffrard relanse kesyon: Se gran tèt nan SEKTÈ PRIVE?

    J R Dorcénat repons: Paske yon malere pa fè l, yon SEKTÈ PRIVE pou ki fè l, MOUN ki gen MWAYEN. Gen yon nèg ki gen Gwoup Ame m ap negosye ak li pou l remèt CNDDR 13 Zam. Gen yon nèg nan SEKTÈ PRIVE ki rele l, ki di l PA BAY ZAM YO… Gen yon lòt ekzanp mwen ka ba w, "PWEZIDAN REPIBLIK la" (se mwen ki mete l angimè) pase lòd pou yo banm yon Machinn, konseye pwezidan rele ZEPHIRIN (ansyen minis). Misye di nan 30 minit map jwenn Machinn nan. 2 mwa pase map tann machinn… FIN

    Parait-il, le BINUH vient à peine d’être au courant de la situation de la CNDDR et de la Situation du pays en général. Vèkèlè.

    SE YON GWO PWOBLÈM WI, après 216 ans d’indépendance, un pays ne peut pas fonctionner sans des TUTEURS ÉTRANGERS. Une note de presse de l’Ambassade Américaine était assez suffisante pour mettre le "pouvoir" en branle. Et qui pis est, au micro d’un journaliste de radio Kiskeya, Me Jean Danton LÉGER voyait dans la note de l’Ambassade, un Très Bon Signal, yo lage Jovenel Moise. NOU MELE! Comme le "pouvoir," on est en face d’une opposition (plurielle), SANS PROJET et SANS IDÉOLOGIE NATIONALE. Se yon bagay ki tris anpil…

    REPLY