Renan Hedouville favorable à la création d’un syndicat au sein de la PNH

Renan Hedouville favorable à la création d’un syndicat au sein de la PNH

Le protecteur du citoyen, Renan Hedouville, qui joue le rôle de médiateur entre le haut commandement de la police nationale et les policiers protestataires qui réclament le droit de syndiquer, a tranché sur la question, ce vendredi 7 mars, lors d’un point de presse.

La position du protecteur du citoyen est sans équivoque. « Les policiers ont le droit de syndiquer », dit-il s’appuyant sur des textes de loi notamment l’article 35.3 de la constitution de 1987, la convention #87 de l’organisation internationale du Travail et bien d’autres instruments internationaux ratifiés par Haïti qui garantissent le droit syndical à tout travailleur.

Fort de ces considérations, l’office de la protection du citoyen recommande au haut commandement de la police de procéder à une réévaluation du dossier de révocation des quatre policiers renvoyés dans le cadre d’un recours gracieux conformément aux règlements de la PNH.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Renan Hedouville demande, en outre, à la direction générale de la PNH de reconnaître la démarche des policiers visant à s’organiser en syndicat avec les restrictions spéciales liées au fonctionnement de la PNH estimant que la révocation des 4 policiers faisant partie du syndicat autoproclamé de la police nationale est une atteinte grave à la liberté syndicale.

Le protecteur du citoyen reconnaît que l’article 11 de l’arrêté établissant le statut particulier des membres du personnel de la police nationale interdit le droit syndical; cependant, a t-il souligné, cette disposition ne peut en aucun cas avoir le dessus sur un prescrit constitutionnel. Il exhorte, en ce sens, les autorités compétentes à abroger l’article 11 de ce statut afin de le rendre conforme à la loi-mère du pays.

L’OPC recommande, par ailleurs, à la direction générale de l’institution de diligenter une enquête en vue de déterminer le degré de responsabilité dans les actes de violences qui se sont produits les 7 et 23 février dans les locaux de l’inspection générale de la PNH, au Cabinet de Samuel Madistin et Radio/Télévision Caraïbes. Ce, dans la perspective de l’application de sanctions administratives ou pénales.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Marc-Antoine Vericain
    6 mars 2020, 16:03

    Veuillez me désabonner svp. Merci.

    REPLY