« Se yon bann moun fini kap atake m », ainsi Jean Charles Moïse répond à ses frères et sœurs de l’opposition

« Se yon bann moun fini kap atake m », ainsi Jean Charles Moïse répond à ses frères et sœurs de l’opposition

Le leader Pitit Dessalines revient sur le mauvais comportement affiché par ses frères de l’opposition dans les médias, sans les citer nommément.

Jean Charles Moïse estime que ceux qui l’attaque sont délégués par l’équipe au pouvoir. « Moun kap atake m yo se yon bann fini kap cheche resisite. Sistèm nan pa gen moun pou pale pou li », a lâché Jean Charles Moïse qui s’en prend particulièrement à Edmonde Supplice Beauzile.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« Se yon bann dayiva kòn siye kap atake m », a déclaré l’ex-sénateur du Nord qui se montre acide envers ses camarades de l’opposition. Pour Jean Charles Moïse, ses frères de l’opposition qui refusent de manifester devant l’ambassade américaine, reçoivent des dictées de la communauté internationale. Parallèlement, il en a profité pour démentir les déclarations d’Edmonde Supplice Beauzile selon lesquelles c’est le chef de l’État, Jovenel Moïse, qui a financé sa campagne d’aspersion contre la Covid-19.

En conférence de presse ce mardi 20 octobre, le dirigeant de Pitit Dessalines a invité la population à gagner les rues le 18 novembre prochain pour continuer d’exiger le départ chef de l’État. Cependant, Jean Charles Moïse a précisé qu’il n’entend pas lui-même donner le coup d’envoi. Il n’a pas mentionné non plus si ce sont les figures de proue de l’opposition qui le feront à sa place.

Parallèlement, l’opposant farouche au pouvoir en place se dit satisfait de la journée de manifestation organisée dans le Nord le 17 octobre dernier, dans l’objectif de forcer le chef de l’État à rendre le tablier. Pour Jean Charles Moïse, il s’agit d’une démonstration de force afin d’envoyer un signal à la communauté internationale qui continue de supporter l’administration de président Jovenel Moïse.

2 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

2 Comments

  • Antoine Langomier
    20 octobre 2020, 23:52

    "Une civilisation qui ruse avec ses Principes est une civilisation Moribonde," Aimé Césaire

    Il n’est plus à démontrer, l’ancien sénateur Jean Charles Moise a beaucoup plus d’impact dans l’électorat que Madame Beauzile et Co. M. Jean Charles fait des jaloux et envieux.

    Contrairement à Mme Beauzile et Co, M. Jean Charles Moise refuse de se faire passer pour un Modéré pour plaire aux Étrangers. Il n’hésite pas à appeler un chat un chat. En ce qui a trait à sa Sincérité, comme je l’ai dit dans un autre commentaire, je ne sais pas. L’exemple du messie mort-né Jean Bertrand Aristide est trop frais dans la mémoire pour croire M. Jean Charles par rapport à ses paroles. Le bèbèchochot et tipaskout René Preval avait fait preuve de Domestique en deux occasions (Aristide et Groupe de Bourdon), en méprisant la Majorité Nationale. Il faut donner du temps au temps…

    Pou Aristide, Kapitalis pa peche mètel anko’. Au contraire, être "capitaliste" permet de faire d’autres fréquentations, d’épouser Minouche et de laisser les "Analfabèt pa bèt" dans la crasse. Pour vous dire en parlant de M. Jean Charles Moise de cette manière, ce n’est qu’un constat! Il n’est pas encore à l’œuvre comme son ancien patron JB Aristide ou Jovenel Moise, "Nèg Bannann nan." Ce dernier tarde encore à mettre les hommes la Mer, les Rivières…. et le Soleil ensemble pour l’Édification de la Nouvelle République. Se BWA ki MARE pito.

    L’Observatoire des Questions Haïtiennes et Internationales

    REPLY