X

X


Septembre 1957 : Le Figaro évoque la disparition de Maurice Audin au cours de la bataille d'Alger

Septembre 1957 : Le Figaro évoque la disparition de Maurice Audin au cours de la bataille d'Alger

LES ARCHIVES DU FIGARO – Trois mois après sa disparition, Le Figaro évoque pour la première fois Maurice Audin. Dans les jours qui suivent la Ligue des Droits de l’homme, la Faculté des Sciences s’inquiètent du sort du jeune mathématicien.

Cela fait plus de 60 ans que Josette Audin réclame la vérité sur la disparition de son mari. Aujourd’hui le président Emmanuel Macron se rend au domicile de la veuve du jeune mathématicien communiste militant de l’indépendance algérienne et décide de reconnaître l’implication de la France dans la mort du jeune Audin, et d’ouvrir les archives nationales sur les disparus de la Guerre d’Algérie.


Article paru dans Le Figaro du 7 septembre 1957

La disparition de M. Audin

La Fédération de l’Éducation nationale vient de nouveau d’attirer l’attention sur la disparition de M. Audin, assistant à la faculté d’Alger, arrêté le 11 juin dernier à son domicile.

La F.E.N. rappelle les démarches faites par Mme Audin pour obtenir des nouvelles de son mari. Elle demande à la Commission de sauvegarde d’intervenir.

Selon les renseignements que nous avons reçus d’Alger, M. Audin, assistant à la faculté des Sciences, était en relations avec des membres influents du parti communiste algérien.

Il fut appréhendé par des parachutistes du 1er R.E.P. du colonel Jeanpierre, en même temps qu’Henri Alleg, ancien directeur d’Alger républicain, actuellement interné à Lordi.

Mme Audin fut informé par erreur que son mari était interné à Bouzaréa. En réalité, l’assistant avait disparu. Il serait, selon la version officielle, évadé au sours d’un transport en jeep.

Nul ne sait ce qu’est devenu M. Audin. Sa femme affirme n’avoir reçu aucune nouvelle de lui. Les seules pièces du dossier de cette affaire serait un compte rendu d’évasion et le témoignage d’un médecin dans lequel l’hypothèse d’une évasion est formulée.

De nombreuses démarches ont été effectuées auprès des autorités civiles et militaires, ainsi qu’auprès de la Commission de sauvegarde.

Il est souhaitable pour tous que la lumière soit faite au plus tôt sur cette affaire.

Par J.-M.G.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Cancel reply