SOFIDAI n’a encore reçu de fonds provenant de la banque centrale, selon les responsables de la BRH

SOFIDAI n’a encore reçu de fonds provenant de la banque centrale, selon les responsables de la BRH

La société de financement et de développement agricole et industrielle (SOFIDAI) est bel et bien agréée par pa banque centrale mais celle-ci n’a encore décaissé de fonds au profit de cette société économique, selon une circulaire de la BRH.

Au 31 juillet 2019, la BRH a décaissé 13, 2 milliards de gourdes pour financer plusieurs programmes initiés après le tremblement de terre afin de réduire le coût du crédit en faveur des demandeurs potentiels évoluant dans les secteurs productifs de l’économie à forte valeur ajoutée ; promouvoir la relance de l’activité économique; réduire le déficit de la balance commerciale, c’est-à-dire le déficit découlant de la différence entre la valeur des exportations et des importations de biens et/ou services ; favoriser la stabilité des prix, selon cette note de la BRH indiquant que la SOFIDAI ne figure pas parmi les sociétés devant bénéficier de ce montant.

S’agissant des allégations du président de la commission anti-corruption du grand corps, le sénateur Youri Latortue, selon lesquelles, La SOFIDAI ne figurerait pas dans le tableau du siège social de la BRH, le gouverneur de la banque centrale, Jean Baden Dubois, dans une entrevue accordée au quotidien « Le Nouvelliste », a fait savoir que « tout est sur le site de la BRH… et dans la loi sur les banques et les institutions financières. Ce processus prend presqu’un an. De plus, un individu dans une société financière de développement ne peut détenir plus de 10 % des actions ».

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

En ce qui concerne les allégations faisant croire que les personnalités constituant le conseil d’administration de la SOFIDAI sont également membres du conseil d’administration de de l’AGRITRANS, Jean Baden Dubois a répondu: « C’est un travail purement technique du moment que l’actionnaire répond aux exigences prescrites par la loi. Trois associés ne peuvent pas détenir plus de 30 % pour une société financière de développement. De plus, les règles prudentielles sont exigeantes en matière d’apparentés ».

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Danielle
    7 septembre 2019, 19:10

    Commentaire *

    REPLY