SOGENER : l’inspecteur judiciaire Sonel Jean Francois accusé de corruption, RAPA écrit au CSPJ

SOGENER : l’inspecteur judiciaire Sonel Jean Francois accusé de corruption, RAPA écrit au CSPJ
Sonel Jean Francois

Le Rassemblement des Patriotes ( RAPA), une organisation anti-corruption de la société civile, accuse le directeur de l’inspection judiciaire au CSPJ d’avoir reçu la rondelette somme de 88 mille dollars américains des mains de l’avocat de la SOGENER, Maitre Martine Chevalier.

Dans une correspondance, datée le 7 août 2020, adressée à la plus haute instance judiciaire de la République, le Président du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire, René Sylvestre, le Rassemblement des Patriotes dit détenir des informations, d’une source digne de foi, que Sonel Jean François a reçu ce pot-de-vin pour monter un dossier de toutes pièces au détriment du juge instructeur Mathieu Chanlatte, suite à l’ordonnance de saisies conservatoires qu’il a rendue, le 30 juillet dernier.

Le RAPA a élevé la voix pour dénoncer, auprès du CSPJ, Sonel Jean François qui interfère en toute légèreté et fait fi de tout respect dû aux lois régissant la matière pour contraindre le juge Mathieu Chanlatte d’instruire le dossier de SOGENER dans le cadre d’une nouvelle plainte déposée pour blanchiment d’argent.

Cette situation est alarmante pour le système judiciaire et explosive pour la justice qui est une institution sacrée, déplore le Rassemblement des Patriotes (RAPA) qui s’en prend à l’inspecteur judiciaire Sonel Jean François.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

2 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

2 Comments

  • Antoine Langamier
    8 août 2020, 03:06

    Je ne peux pas confirmer les affirmations du Rassemblememnt des Patriotes (RAPA). Mais, il n’est pas un homme de Caractère. Sous l’administration du présumé assassin Jocelerme Privert, il ne devait en aucun cas accepter de devenir le directeur de l’UCREF. On se rappelle, en 2011, il était le commissaire du gouvernement, un certain Jean Max BELLERIVE n’hésitait pas à le révoquer pour insubordination.

    Le 10 août 2011, le commissaire du gouvernement avait invité le ministre de l’Intérieur, PAUL ANTOINE BIEN-AIMÉ (OPL, trou à Rats) pour l’auditionner sur des actes de CORRUPTION. Le nommé BIEN-AIMÉ servait de la caisse du ministère pour ENGRAISSER les parlementaires prévalistes (INITE-INIQUITÉ). Le PM Bellerive s’empressait de s’élever contre l’invitation. Le 1er septembre 2011, le commissaire a été remis à ses parents. La société Moribonde ne disait rien. Chèche konprann pou kisa…

    En 2016, le petrodilapidateur Jean Max BELLERIVE était le responsable du cabinet de Privert. Cela dit, si l’ancien commissaire du gouvernement avait un peu de Dignité, il ne pouvait accepter de servir son pays en compagnie d’un tel saligaud.

    Se pa posib, pifo’ moun ki chèf oswa ki bezwen chèf nan peyi a, se moun san karaktè ak san diyite. La JEUNESSE n’a pas de Modèle.

    REPLY
  • Tom
    8 août 2020, 18:44

    Si nou ta bezwen dosye Sonel Jean François ekri m. Nou poko janm sezi

    REPLY