X

X


Survivre, le seul mot d’ordre

Survivre, le seul mot d’ordre

La route de Kenscoff était plutôt dégagée, ce matin, malgré une très faible circulation. Pétion-Ville est elle aussi fréquentable, le marché fais face à 3 problèmes: l’absence de client, les produits qui commencent à être périmés et les déchets qui commencent à s'amonceler de manière dangereuse.

Malgré que les systèmes de la voiries fonctionnent au ralenti, certains citoyens de Morne Hercule se sont rassemblés pour nettoyer par eux-mêmes les rues de leur quartier.

La succursale Unibank a réouvert ses portes durant la matinée pour les refermer aux alentours de midi.

De nombreux clients se sont retrouvés dans l’impossibilité de retirer du cash.

En revanche, l’ensemble des autres succursales des autres établissements bancaires ont affiché portes closes.

Les habitants de Delmas crient à l’aide par manque d’eau potable ou pour se laver. De nombreuses personnes sur l’avenue ont été aperçues armées d’un gallon bleu à la recherche d’eau.

Les activités du marché du Canapé-vert ont elles aussi repris du service, les légumes venant de Kenscoff ont enfin pu arriver dans le bas de la capitale. Malgré l’augmentation explosive des prix, le riz et les bananes continuent à se vendre comme des petits pains.

Le bas de la Ville est devenu une zone morte depuis 9 jours, tous les commerces sont à l’arrêt faute de sécurité.
Aucune patrouille de police n’était présente dans la rue du centre, théâtre de récent pillages notamment dans les stations services et magasin électronique.

Des rafales de tirs sont entendues de manière sporadique sous l’œil effrayés des habitants essayant de traverser cette zone dangereuse.

Alors que le président Jovenel Moïse annonçait la réouverture des administrations publiques grâce à un renfort de sécurité, l’intégralité des bâtiments publics visités étaient fermés.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Cancel reply