Tentative d’incident de son cabinet, Samuel Madistin entend porter plainte

Tentative d’incident de son cabinet, Samuel Madistin entend porter plainte

Me Samuel Madistin est sorti de son mutisme, ce jeudi, pour critiquer la tentative d’incendie de son cabinet survenu lors du mouvement de protestation des policiers du « Syndicat de la Police Nationale d’Haïti » (SPNH).

En effet, ce dernier a dénoncé l’intolérance et le non-respect de la liberté d’expression, pointant du doigt l’acte ayant été commis sur son cabinet.

Par ailleurs, l’ancien sénateur n’entend pas en rester là et dit vouloir entamer des poursuites judiciaires afin que les coupables répondent de leurs actes. Selon Me Samuel Madistin, les dégâts sont nombreux, notamment l’incendie de 5 voitures.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

L’homme de loi dit ne pas succomber aux provocations et n’entend pas freiner ces actions. Selon ces propos, il continuera sa lutte pour que le pays soit doté d’un État fort où de tels actes ne seront pas commis.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    21 février 2020, 04:01

    Me Samuel Madistin a fait savoir, "il continuera sa lutte pour que le pays soit doté d’un État fort où de tels actes ne seront pas commis." Pour Construire un État, ce n’est pas avec la bouche, ses déclarations creuses et vides de sens, "la dictature policière ne m’effraie pas." Il faut qu’il y ait des hommes et des femmes dans les fonctions étatiques et, non des bambocheurs et des payas! Depuis 34 ans, l’État n’a jamais connu de vrais serviteurs, sinon des jouisseurs, des hâbleurs, des lâches et des domestiques.

    Je vous saurais gré de mettre des noms sur les Visages des Hâbleurs et des Plen Kay. Je vais restaurer l’Autorité de l’État RANS (banm non l). Je veux je peux RANS (banm non l). Le président a parlé RANS (banm non l). C’est dommage, POINT BARRE ne s’était pas donné les Moyens pour Réussir là où les autres avaient échoué. La Routine à la Préval ne s’était pas révélé payante. Et les anciens betizè de tous poils de venir à la rescousse à travers le "pays lock."

    Sur le terrain politique, pour le présent moment, il n’y a pas des hommes et des femmes de la trempe d’un président Leslie Francois Manigat. Paix à son âme!

    L’Observatoire

    REPLY