Un nouveau virus menacerait-il le monde ?

Un nouveau virus menacerait-il le monde ?

En Chine, une étude publiée dans la revue scientifique américaine PNAS, a révélé qu’un virus de grippe porcine pourrait causer une pandémie : le G4, ainsi dénommé. Selon les informations, ce virus, qui provient du H1N1, a déjà contaminé plusieurs ouvriers mais, pour l’instant, les scientifiques n’ont aucune donnée sur le processus de transmission entre individus.

Les chercheurs craignent le virus G4 vu que le H1N1 a déjà provoqué une pandémie en 2009. Le virus G4 « possède tous les traits essentiels montrant une haute adaptabilité pour infecter les humains », mentionnent les chercheurs dans leur rapport.

De 2011 à 2018, des travaux ont été menés, des prélèvements sur plusieurs porcs pour étudier et comprendre le développement de cette nouvelle maladie. Les résultats ont démontré « que les virus G4 étaient plus infectieux, se répliquaient dans des cellules humaines et provoquaient chez les furets des symptômes plus graves que d’autres souches », rapporte le journal français Le Point.

Le plus inquiétant est que les chercheurs doutent de la capacité du système immunitaire humain actuel à faire face à ce virus.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Concernant, la transmission de ce virus entre humain, aucune imprécise n’a été partagée. Les chercheurs inquiètent face à la contamination des ouvriers travaillant avec les porcs ont demandé aux autorités chinoises que des mesures soient prises afin de surveiller l’évolution de ce virus. « Les pandémies se produisent quand des virus de grippe A avec un nouvel antigène de surface HA devient capable de se transmettre d’humain à humain, concluent les chercheurs. L’inquiétude est que les infections d’humains par les virus G4 ne mènent à une adaptation humaine et n’augmentent le risque d’une pandémie humaine. », disent-ils.

Rappelons que cette étude a été réalisée par des scientifiques issus d’universités chinoises et du Centre de prévention et de lutte contre les maladies chinoises.

Laïka Mezil avec Le Point

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *