Une ONG suisse presente son bilan sur la réduction de la délinquance en Haïti, l’OPC critique

Une ONG suisse presente son bilan sur la réduction de la délinquance en Haïti, l’OPC critique

L’ONG suisse, Terre des hommes, a dressé, ce lundi 20 mai, le bilan des travaux réalisés dans le cadre du projet baptisé, la réduction de la violence communautaire et prévention de la délinquance juvénile sur les zones de Martissant et de Carrefour-feuilles.

Le protecteur du citoyen pense que le bilan de ce projet qui a duré 10 mois dans ces deux quartiers représente une goutte d’eau dans l’océan.

Renan Hedouville invite les autorités étatiques à mener des actions concrètes pour éliminer la violence dans le pays.

Jean Etienne Rollet, chef du projet, a souligné que près de 1300 personnes ont été touchées dans le cadre de ce projet dont les différentes actions ont été tournées autour de la réinsertion scolaire, l’apprentissage professionnel, la protection et l’accompagnement direct et indirect des enfants et des familles vulnérables durant ces 10 dernier mois.

“31 jeunes à risque de délinquance juvénile ont été identifiés par les leaders communautaires de base à Martissant et à Carrefour-Feuilles dans l’objectif de prévenir la délinquance juvénile. 50 enfants ont été réinsérés à l’école. 200 enfants ont été formés sur le droit des enfants. 20 enfants ont été réunifiés avec leurs parents, 25 jeunes ou familles vulnérables gèrent une activité économiques grâce à ce projet qui a bénéficié l’accompagnement financier de la MINUJUSTH, détaille-t-il.

Le psychologue a, en outre, expliqué que lus de 12000 personnes ont identifiésdes moyens pour réduire la violence communautaire alors que 541 autres posent déjà des actions pour arriver à cette fin suite à des actions entamées par la TDH dans le cadre de ce projet.

La cheffe de la TDH en Haïti salue ces réalisations. Islande Georges Cadet reconnait qu’il reste, toutefois, beaucoup à faire.

Un avis partagé par Renand Hedouville, le protecteur du citoyen qui lui, met le doigt dans la plaie. Sans langue de bois, monsieur Hedouville affirme que le bilan de la réalisation de la TDH dans le cadre de ce projet représente une goutte d’eau dans l’océan, compte tenu de la flambée des cas de violence dans le pays.

Le protecteur du citoyen invite les autorités étatiques à prendre des mesures concrètes pour résoudre les problèmes économiques et sociaux, condition sine qua non, selon lui, pour combattre la violence dans le pays.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *