Violence-Presse: Des associations de medias et de journalistes crachent leur indignation

Violence-Presse: Des associations de medias et de journalistes crachent leur indignation

L’Association nationale des médias haïtiens (ANMH), l’Association des médias indépendants d’Haïti (AMIH) et l’Association des journalistes haïtiens (AJH) observent depuis environ huit jours un mouvement revendicatif enclenché à travers tout le pays. Cette situation a occasionné la paralysie des activités tant à Port-au-Prince que dans plusieurs régions, et engendré des manifestations.

L’Association nationale des médias haïtiens (ANMH), l’Association des médias indépendants d’Haïti (AMIH) et l’Association des journalistes haïtiens (AJH) condamnent tous les débordements de violences de la part des manifestants et de la Police envers les vies et les biens. L’ANMH, l’AMIH et l’AJH présentent leurs sympathies envers tous ceux et celles qui ont été victimes.

Depuis le début des revendications, l’ANMH, l’AMIH et l’AJH ont enregistré plusieurs actes d’agression et d’attaques contre des journalistes et des médias. Le journaliste, Robenson Sanon, a été blessé par balle ce 13 février 2019, des manifestants ont frappé des journalistes, abimé des véhicules de presse, tenté de saisir des équipements de journalistes, des agents de la Police nationale d’Haïti ont menacé des journalistes, les locaux de la Télévision Nationale d’Haïti (TNH) ont été attaqués, des équipements brûlés, des directeurs de deux médias ont dénoncé le brouillage de leurs ondes.

L’Association nationale des médias haïtiens, l’Association des médias indépendants d’Haïti et l’Association des journalistes haïtiens protestent énergiquement contre ces actions non conformes à la démocratie, à l’état de droit, à la liberté d’expression et à la liberté de la presse.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Aux différents acteurs impliqués, l’ANMH, l’AMIH et l’AJH appellent au respect et à la protection des journalistes et des médias. Aux journalistes et aux médias, l’ANMH, l’AMIH et l’AJH appellent à la prudence, à la vigilance et au respect des règles d’éthique et déontologique, inscrites au Code de déontologie des médias et des journalistes d’Haïti.

L’Association nationale des médias haïtiens, l’Association des médias indépendants d’Haïti et l’Association des journalistes haïtiens tiennent à rappeler à tous les acteurs que les medias et les journalistes ne font que leur travail. S’en prendre physiquement à eux ou aux biens des médias ne changera rien aux faits, à la situation des acteurs ni à la réalité actuelle.

Port-au-Prince, le 13 février 2019

Frantz Duval

Président ANMH

Georges Venel Remarais

Président AMIH

Jacques Desrosier

Secrétaire général AJH

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Stanley JEAN BAPTISTE
    14 février 2019, 11:24

    Cette démarche de ces Associations de journaliste est noble. C’est une bonne tentative de projeter leur niveau d’engagement citoyen.

    Cependant, ne pourrait-on pas conclure que ces Associations de journalistes, sans même le vouloir, sont complices des acteurs qui sèment les germes de chaos dans le pays, par le fait même qu’elles ne font qu’observer le mouvement révendicatif du peuple Haïtien et les désordres qui s’en suivent sans tirer avec ferveur la sonnette d’alarme, depuis huit (8) jours?

    Aujourd’hui, elles ne font que protester énergiquement. Toujours, aucune action préventive et de guérison n’a été prise.

    Ne faudrait-il pas prêcher par l’exemple en prenant le soin de mettre sur pied un système de veille afin de mesurer périodiquement le niveau de respect par les jounalistes, des règles d’éthique et déontologique, inscrites au Code de déontologie des médias et des journalistes d’Haïti?

    Ce système de veille, ne pourrait-il pas leur permettre de donner une meilleure contribution dans le processus de correction des écarts enregistrés dans l’exercice du métier de journalisme en Haïti? Ne pourrait-il pas, de surcroît, renforcer leur force morale et leur permettre d’exercer une meilleure influence sur le comportement des autres acteurs de la société haïtienne?

    A vous de répondre.

    En toute bonne foi

    SJB

    REPLY