Visite de David Hale en Haïti: l’opposition n’a pas réuni la foule escomptée

Visite de David Hale en Haïti: l’opposition n’a pas réuni la foule escomptée

Les manifestants n’ont pas répondu en grand nombre à l’appel des dirigeants de l’Alternative consensuelle, ce vendredi, pour continuer à réclamer le départ de Jovenel Moïse du pouvoir et demander à la communauté internationale de se désolidariser de ce dernier.


La manifestation a démarré au champs de mars pour aboutir devant les locaux du parc historique de la canne à sucre à Tabarre. Les manifestants, tout le long du parcours, ont lancé des pierres sur plusieurs bâtiments privés et sur des véhicules.

4 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

4 Comments

  • Wilson charles
    7 décembre 2019, 22:04

    Dimelo

    REPLY
  • Wilson
    7 décembre 2019, 22:25

    Pero deja ese pueblo bouscar a su destino pero eso greengo queloque les pasa.deja de apoyar a ese segnor sino va a ver un bagno de sangre en este pays ya no podemos aguantar mas esa miseria. Los greengo no entiende hesto querenque es un relajo esta bien sigue abusando al pueblo. Segnores vamos a evitar esa trajedia ya biene por el camino esta temprano tadavia para evitarlo entienda eso

    REPLY
  • RICHARD DUPERE
    7 décembre 2019, 22:32

    Lobservateur
    L’alternative consensuelle, mon oeil!
    C’est pas en lancant des roches et detruisant le peu que le peuple possede qu’ils vont gagner des adherents.
    L’opposition s’oppose a tout parce qu’elle n’a qu’une seule idee: prendre le pouvoir pour mieux exploiter les pauvres gens
    Travailler de tout son coeur avec les gens en place pour arreter la violence, cest la priorite.
    Aux prochaines elections, le peuple decidera!

    REPLY
  • Fabio Grosso
    8 décembre 2019, 07:49

    Il faut être honnête si vous respectez le critère de l’objectivité exigé par le métier. La manif n’a pas attiré la grande foule certes mais cela est dû à des contraintes que faisaient l’objet les premières arrivées. De très tôt la Police nationale a investi les différents endroits qui serviraient de points de rassemblement des participants. Les policiers ont tiré à balles réelles, blessant un individu au carrefour de l’Aéroport. Au champ de mars des grenades lacrymogènes ont été tirées pour disperser les gens qui tentaient de se regrouper. Seuls les braves pourraient investir les rues pour manifester ce jour-là. Tout le monde a peur des répressions de la police et on est obligé de rebrousser chemin.
    Mais en gros l’objectif est atteint puisqu’on a quand-même délivré le message par devant de l’ambassade des États-Unis.

    REPLY