ZIMBABWE : Quand politique rime avec tentative de crime…

ZIMBABWE :  Quand politique rime avec tentative de crime…

Robert MUGABE, Président du Zimbabwe depuis le 31 décembre 1987 est le plus âgé des chefs d’état du monde en exercice. Agé de 93 ans, il dirige son pays d’une main de fer.

Après avoir été réélu 5 fois consécutives, celui que l’on appelle « l’un des  pères de l’indépendance » de l’ex colonie britannique, laisse encore planer le doute quant à sa candidature pour la prochaine élection présidentielle.

Et ce à l’heure même où la bataille pour son remplacement s’intensifie.

Et c’est là que l’histoire se corse…

Celui que les militants et membres du parti au pouvoir (ZANU PF) considèrent comme le successeur naturel du président, Emmerson MNANGAGWA est en guerre froide avec la première dame, Grace MUGABE, qui vise également le fauteuil présidentiel.

Emmerson MNANGAGWA, 75 ans, vice président, et également ministre de la justice, est le bras droit armé du président.

Fidèle et loyal, il a fait ses preuves au court de ces longues années aux cotés de MUGABE.

Il a le support des barons du parti politique, et de la classe dominante du pays.

De l’autre côté nous avons Grace MARUFU MUGABE, 52 ans, épouse du président depuis 21 ans. Elle est à la tête de la section féminine du parti au pouvoir. Elle a de ce fait, le support des femmes, et d’une partie de la jeunesse.

Sans oublier qu’elle a un atout majeur : C’est l’épouse du président.

Par conséquent, le parti au pouvoir est scindé en 2. Et chacun commence à prendre sa position.

Suite à la vindicte populaire, la semaine dernière a eu lieu un remaniement ministériel.

Et coup de théâtre ! Le vice président, Emmerson MNANGAGWA, perd son fauteuil ministériel de la justice. Et ceci au profit d’un des barons du parti : Happyson BONYONGWE.

Le bras de fer Mnangagwa/Mugabe qui s’est jusque là toujours déroulé à huit clos, à prit la semaine dernière une tournure psychodramatique.

Retour en arrière :

Evacué d’urgence en aout dernier en Afrique du Sud pour intoxication, les partisans du Vice président accusent la première dame d’avoir tenté d’empoisonner son rival en lui faisant servir une crème glacée empoisonnée. Crème glacée provenant de la laiterie, propriété de Madame Mugabe.

Accusations faites un mois et demi plus tard, et quelques jours après le remaniement ministeriel.

Piquée au vif, la première dame a jeudi dernier démentie les accusations dont elle fait l’objet.

MUGABE VS MNANGAGWA,  affaire à suivre….

Rosmy PARADY M.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Cancel reply