217 ans après, qu’avons-nous fait du bicolore haïtien?

217 ans après, qu’avons-nous fait du bicolore haïtien?

Ce lundi 18 mai 2020 marque les 217 ans de la création du drapeau haïtien dont la confection fut l’oeuvre de Catherine Flon. Cette grande date de l’histoire haïtienne se noie aujourd’hui dans un silence quasi-total. Le coronavirus n’a fait que rendre ce silence plus pesant. Cependant, un petit tour dans le passé haïtien permet de conclure, malheureusement, que nous sommes déroutés de la voie tracée par les pères fondateurs de la patrie.

Ce 217e anniversaire arrive dans un contexte particulier, dominé par la pandémie de Covid-19. Pas de cérémonie officielle, pas de parade des écoliers. Juste une adresse à la nation du président de la République. Écoles et Universités ne fonctionnent plus depuis mars dernier. Pas de chants sur le drapeau dans les écoles maternelles, pas de débats dans les universités.

Dans les premières années de scolarité, on avait appris que le drapeau est le signe visible de la patrie pour lequel il faut beaucoup de respect. Une leçon apprise pour être oubliée dans les pratiques quotidiennes. Tout porte à croire que le symbolisme du drapeau haïtien tend à disparaitre dans les esprits, pour faire place aux luttes inutiles entre frères, aux déchirements, aux querelles et à la désunion.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

217 ans après, il faut se souvenir de ces hommes et femmes de grandeur, qui, à leur époque, ont trouvé nécessaire de construire une société où l’on peut vivre dans la dignité. 217 ans après, cette patrie ne peut même pas offrir à ses fils et filles les conditions minimales d’existence. Beaucoup sont obligés d’aller chercher ailleurs ce à quoi l’être humain a droit dans son quotidien. D’ailleurs, depuis plusieurs années, des voix s’élèvent pour dénoncer une fuite de cerveau qui pourrait avoir de grandes conséquences sur l’avenir du pays.

Dans son discours de circonstance, le président de la République, Jovenel Moïse, reconnait que la population attend mieux de lui. Cependant, il impute la responsabilité à une minorité de la classe économique qui veut tout accaparer au détriment de la grande majorité. Après trois ans et quelques mois de gouvernance, M. Moïse continue d’avouer que les difficultés rencontrées sur son chemin sont nombreuses.

Les 217 ans de création du bicolore haïtien doit quand même exprimer la fierté des Haïtiens qui occupent ce coin de terre et ceux de la diaspora. Car, de valeureuses personnalités ont, au prix de leur sang, combattu avec ardeur les ennemis de la nation afin de faire de ce territoire une propriété haïtienne digne.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *