À qui profitent les injections de la BRH sur le marché des changes ?

À qui profitent les injections de la BRH sur le marché des changes ?

Haïti fait face à une situation sans précédent depuis tantôt des mois où les produits pétroliers deviennent de plus en plus rares dans les pompes à essence. Or, nulle n’est pas sans savoir que, suivant la théorie économique, quand un bien devient rare, son prix augmente d’où la théorie de l’offre et de la demande.
Et, étant des produits transversaux, ils ont des impacts directes sur la vie quotidienne de la population à travers les produits de première nécessité.


Par rapport à tous ceux-là, la BRH décide d’injecter sur le marché des changes environ 150 millions de dollars américains qui influenceraient les prix et amélioreraient les conditions de vie.
Mais la grande question est : à qui profitent ces injections de dollars sur le Marché ?

La fluctuation du dollar est un phénomène manipulé par les secteurs économiques. C’est-à-dire, la rareté est sans aucun doute une œuvre volontaire. Durant les trois (3) premier mois de l’année 2021, la Banque de la République d’Haïti (BRH) a injecté 165 millions de dollars sur le marché des changes (150 millions en janvier et février) et 15 millions injectés le Jeudi, 4 mars 2021.

Entre ces mois d’injection, la gourdes est passée de 75 à 78.87 gourdes pour acquérir 1 dollar US sur le marché formel des changes et/ou 98.00 Gourdes pour 1 dollar sur le marché informel. Par là, les interventions de l’État sur le marché des changes servent à quoi?

L’annee 2022 s’annonçait avec d’énormes troubles politiques et sécuritaires qui fragilisent la vie de tous les jours par les differents cas d’enlèvements contre rançons où les familles cassent leurs têtes pour se procurer du dollar qui se fait tellement rare.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Entretemps la crise pétrolière refait encore surface et ceci pour de vrai. Et selon certains, c’est encore une rareté créée par le secteur en vue non seulement de maximiser leurs profits mais aussi une stratégie pour augmenter le prix de ces produits à la pompe qui avaient été déjà ajustés par l’Etat haïtien, il y a quelques mois. Cette crise de carburant influençait tous les prix des produits et des services. Ce qui a provoqué plusieurs compressions au sein de plusieures institutions de la place. Ces compressions ont sans doute de graves conséquences.

La misère, la faim, le chomage sont sous le visage de chaque personne croisée. A titre d’exemple, le nombre de personnes frappées par le fléau de l’insécurité alimentaire chronique est passé de 4,5 à 5,6 millions, selon ce qu’a relevé un haut responsable de l’organisation des Nations-Unies en Haïti.

Dans l’intervalle, sur le marché informel, le dollar se vendait jusqu’à à 160 gourdes alors que le taux de référence de la BRH est de 125 gourdes pour 1 dollar août 2022.
La BRH par sensibilité pour la population met disposible environ 150 millions de dollars américains pour injections sur le marché des changes qui, selon le gouverneur influenceraient les prix et amélioreraient les conditions de vie. Pendant que la BRH savait déjà que ces fonds injectés vont être avalés par ses fillettes.

Cette décision prise par la BRH n’est encore une mesure cosmétique qui ne satisfait que les propriétaires des banques donc ses fillettes. Et la grande majorité reste toujours dans la merde et à la merci des autres. Car les prix des produits restent tels qu’ils étaient auparavant selon les témoignages.

Ce que l’on savait jusqu’aujourd’hui, les institutions bancaires haitennes constituent un des obstacles majeurs au bien-être de la population haïtienne. Malheureusement, on n’a pas les hommes qu’il faut à la place qu’il faut au sein de l’Etat pour mettre les pendules à l’heure. Dommage! Mais, ce jour arrivera !

En effet, les mesures d’injections ne font qu’alimenter et conforter les banquiers car, 50% de leur profit se basait uniquement sur les changes ce qui devait être le crédit. Apres avoir accumulé ou avalé tous les dollars injectés, les stockés puis provoqué le même scénario c’est-à-dire la rareté. Donc l’augmentation du dollar. C’est cercle vicieux.

Actuellement, tous les prix des produits alimentaires de base ont augmentés à une course exponentielle où même celles et ceux qui disent appartenir à la classe moyenne ne peuvent plus tenir, voire les plus vulnérables dans les différents quartiers populaires du pays qui vivaient déjà même pas comme des animaux. Tous les citoyens doivent se mettre ensemble pour exiger une Etat fort. Un Etat serviteur de tout un chacun. Un Etat qui prendra des décisions pour son peuple et non pour favoriser des petits groupes. Et pour cela , les institutions de l’Etat doivent être dirigées par des nationaux.

Seul le peuple est souverain !


Me. Louimann MACEUS, Av.
Défenseur Droits Humains.
Spécialiste en Droits Humains et en Droit International Humanitaire CUHD/GENEVE.
Membre Amnesty International.
Spécialiste en Politique Publique des Droits de l’Homme a IPPDH/CIDH/OEA MERCOSUR.
50936203405/33149832
Et

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *