Affaire Jovenel Moïse : Claude Joseph, Martine Moïse et Laurent Lamothe saluent la demande du Congrès américain

Affaire Jovenel Moïse : Claude Joseph, Martine Moïse et Laurent Lamothe saluent la demande du Congrès américain

Les Etats-Unis veulent faire avancer l’enquête internationale sur l’assassinat du président Jovenel Moïse, de l’avis de Martine Moïse et Claude Joseph, qui saluent la dernière décision prise jeudi soir par le Congrès américain.

Le Département d’Etat a trois mois pour dresser un rapport détaillé sur ce qui s’est passé à Pèlerin 5 le 7 juillet dernier, a décidé le Congrès américain dans une loi adoptée dans la nuit du jeudi 13 janvier 2022. En réaction, l’ancien ministre des Affaires étrangères, Dr. Claude Joseph et la veuve de Jovenel Moïse, Martine Moïse, applaudissent.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

«Le congrès américain vient d’adopter une loi qui donne trois (3) mois au département d’État pour produire un rapport sur l’assassinat du président Jovenel Moïse. Je salue l’intérêt des Etats-Unis pour l’enquête sur la mort du président. La vérité doit jaillir sur ce qui s’est passé dans la nuit du 6 au 7 juillet», a tweeté l’ex Premier ministre et ex chef de la Diplomatie haïtienne, vendredi après-midi.

«Je note avec espoir que le Sénat américain exige du département d’Etat un rapport détaillé sur l’assassinat crapuleux de Jovenel Moïse et sur le massacre de La Saline. Pareille décision ne peut être qu’un bon levier pour faire avancer ces deux enquêtes dans le sens de la vérité», a écrit l’ex première dame Martine Moïse sur son compte Twitter.

De son côté, l’ancien Premier ministre Laurent Lamothe croit que cette décision est le commencement de l’enquête internationale. «Seule une enquête de ce genre  dira qui est derrière ce crime odieux», a-t-il dit sur son compte Twitter.

Après les arrestations de Mario Antonio Palacios Palacios et Rodolphe Jaar, des médias américains dont New York Times ont fait beaucoup de révélations autour de ce dossier. Cependant, plusieurs autres suspects dont Joseph Félix Badio, l’une des têtes pensantes de ce crime, sont encore en cavale.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

2 Commentaires

  • Dr Samuel Dubreuze
    15 janvier 2022, 10:51

    On applaudit mais à quoi ça va avancer si on reste en surface. Rendre justice au Président Jovenel ne devrait pas constituer à harceler ses bourreaux et les emprisonner. S’ils n’ont rien fait pour ramener la paix au pays malgré les appels réitérés de nos dirigeants la victoire est encore loin. L’essentiel serait de faire simultanément la chasse aux bandits. à ces voleurs de grand chemin qui œuvrent dans l’ombre et empêchent toute vie réelle au pays. Tant que les gangs armés existent les elections ne peuvent avoir lieu et c’est vraiment navrant de le constater ainsi

    REPLY
    • Antoine langomier@Dr Samuel Dubreuze
      15 janvier 2022, 23:17

      Dès qu’on met la main au collet d’un présumé assassin du président Jovenel Moise, il n’est pas de trop d’applaudir! Avec PHTK 3 et alliés (SDP, Inite, Fusion…, Inifos et Noulha de l’ancien titidiste Louis Gerald Gilles) au commande, la devise n’est autre, "on reste en surface." Je suis un peu perdu, "S’ils n’ont rien fait pour ramener la paix au pays malgré les appels réitérés de nos dirigeants." Est-ce que ces derniers existent dans le pays? Si oui, ils sont de mèche avec les bandits.

      En regardant dans la direction du nommé Jean Rebel Dorcenat, les gangs armés ne sont pas plus dangereux que les 11 familles qui font venir des armes et munitions illégalement dans le pays. Les chefs de gangs ne possèdent pas de douanes… et ports privés. De 1986 à aujourd’hui, Haiti a un seul problème: un déficit de vrais patriotes.

      Au vu et au su de la société civile idiote, sectaire et subventionnée, un certain René Préval avait signé un contrat de Blackout avec des oligarques. Ce n’est qu’après l’échec de "pays lock," le président de doublure Jovenel Moise tentait timidement de rétablir l’Etat haitien dans ses droits en s’attaquant à l’un des marchands de Blackout, en fermant les yeux sur les deux autres. Si pwoblèm moun nan pa rezoud, Ayiti pap janm kite wout "Shithole" la. Gwo volè, asasen… ak domèstik pa konn fè peyi!

      Soit dit au passage, pour avoir eu plusieurs conversations téléphoniques avec le présumé assassin Joseph Félix Badio, le carriériste et politicien raté Ariel Henry n’a pas sa place à la tête du pays.

      L’Observatoire des Questions Haitiennes et Internationales

      Alma mater: Université des Sciences Sociales et Keiser University

      REPLY