Affaire Jovenel Moïse-OEA : Des Jovenélistes et le Gouvernement dos à dos

Affaire Jovenel Moïse-OEA : Des Jovenélistes et le Gouvernement dos à dos

Une guerre froide se dessine entre des anciens hauts fonctionnaires de l’Etat et le gouvernement d’Ariel Henry autour du dossier d’assassinat de l’ex président Jovenel Moïse. Claude Joseph, Rockfeller Vincent et BedFord Claude n’en démordent pas : le chef du gouvernement Ariel Henry veut faire obstacle à l’enquête.

Dans un communiqué publié ce samedi dont notre rédaction a obtenu une copie, ces trois anciens responsables de l’Etat disent avoir appris avec étonnement la réaction du gouvernement dirigé par Monsieur Ariel Henry après leur réunion de citoyens concernés avec le Secrétaire général de l’OEA, Monsieur Luis Almagro.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Dans une lettre adressée au secrétaire géneral de l’OEA, le successeur de Claude Joseph à la chancellerie haïtienne avait demandé à M. Almagro de ne pas accorder trop d’importance à la démarche de Claude Joseph, Rockfeller Vincent et BedFord Claude sollicitant une action régionale dans le dossier d’assassinat de M. Moïse.

«Cette démarche vise vainement à mettre la pression sur le SG de l’OEA afin que l’organisation ne donne pas suite à notre demande d’une réponse régionale qui fera avancer l’enquête», ont écrit ces trois jovenélistes.

«Cette correspondance de protestation est la preuve que le gouvernement dirigé par Ariel Henry est contre toute démarche ayant pour objectif de rendre justice au président assassiné. Comme le premier ministre Ariel Henry l’avait fait avec l’ONU, il tente de bloquer tout projet de l’OEA qui vise à faire la lumière sur ce crime odieux», pensent Claude Joseph, Rockfeller Vincent BedFord Claude.

De l’avis de ces anciens fonctionnaires, rendre justice à Jovenel Moïse «permettra de restaurer la démocratie et la confiance dans les institutions. «En s’opposant avec acharnement à toute initiative visant à faire la lumière sur ce crime, le PM Ariel Henry est en train de prouver qu’il n’a pas le leadership pour permettre un retour à l’ordre constitutionnel en Haïti».

Claude Joseph, Rockfeller Vincent et BedFord Claude croient que le locataire de la Primature ne peut organiser aucune élection crédible. Selon eux, il fera tout pour passer le pouvoir à «ceux et celles qui vont le protéger et protéger les assassins de Jovenel Moise».

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *