André Michel tente d’attribuer sa bastonnade à un conflit fictif « Noir vs Mulâtre »

André Michel tente d’attribuer sa bastonnade à un conflit fictif « Noir vs Mulâtre »

L’autoproclammé avocat du peuple, André Michel, après avoir été sévèrement battu par des individus, ce weekend, dans un club à Pétion-Ville, tente d’apporter de fausses explications sur ce qui lui est arrivé réellement.

Des vidéos devenues virales sur les réseaux sociaux montrent des traces de sang de l’entrepreneur politique, qui aurait été blessé au visage. Les premiers éléments d’information laissent croire que M. André aurait connu l’un des pires moments de sa vie. On lui a même cassé une bouteille en verre au visage, rapportent plusieurs sources.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Pourtant, le prétendu avocat du peuple, qui se croit malin comme personne d’autre, tente de brouiller la question. Ce sont des mulâtres proches du PHTK qui lui ont agressé pour sa position politique, laisse entendre André Michel, dans l’ultime but de manipuler l’opinion publique et attirer ses sympathies.

Quand Maître André Michel n’a-t-il pas été ami proche des mulâtres qu’il prétend dénoncer? L’autoproclamé avocat du peuple a toujours été aux côtés de Réginald Boulos pour mettre le bâton dans les roues de Jovenel Moïse. Il a été une aide salutaire pour Reynold Deeb, dit-on, lors du fameux mouvement “pays lock” qui avait empêché l’homme d’affaires de faire tourner son commerce.

La vérité, c’est qu’on reproche au porte-parole du Secteur démocratique et populaire d’être un démagogue patenté, qui font des crises politiques haïtiennes des opportunités pour s’enrichir personnellement, sans se soucier des autres.

On ne saurait faire la promotion de la violence, quelque soit le camp d’où elle vient, quelque soit la personne qui en subit. Il faut toutefois se rappeler qu’on récolte ce qu’on a semé. André Michel n’est qu’une victime d’une violence qu’il a beau prêcher pour atteindre des buts personnels mais voilés.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *