Assassinat de Jovenel Moïse : Ariel Henry continue de nier d’être complice de Joseph F. Badio

Assassinat de Jovenel Moïse : Ariel Henry continue de nier d’être complice de Joseph F. Badio

Alors que le dossier est pendant au cabinet d’instruction, le premier ministre Ariel Henry continue de nier l’évidence des appels téléphoniques placés entre lui et Joseph Félix Badio, impliqué dans l’assassinat du président Jovenel Moïse.

Dans une entrevue accordée à CNN (Cable News Network), le chef du gouvernement a maintenu qu’il ne se souvient pas de tous les appels reçus le 7 juillet 2021, vu que plus d’un craignaient pour sa vie puisqu’il venait à peine d’être nommé Premier ministre.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« Cela signifie que pour moi, ce n’était pas un appel important, si je ne m’en souviens pas », a soutenu docteur Henry arguant qu’il n’a jamais été de mèche avec Joseph Félix Badio.

« Je n’ai aucun intérêt à être associé à ces personnes et je ne l’ai jamais été et je ne le serai pas », a-t-il renchéri.

Par ailleurs, Ariel Henry s’en est pris aux allégations selon lesquelles il constitue un handicap à l’avancement de l’enquête judiciaire relative à l’assassinat de Jovenel Moïse. Pour le chef du gouvernement, le commissaire Bed-Ford Claude a été licencié pour avoir enfreint la loi tout simplement.

S’agissant des personnes arrêtées dans le cadre de cette affaire, Ariel Henry confirme qu’il va demander au nouveau ministre de la justice de libérer celles contre lesquelles, aucune accusation n’a été portée.

«Je demanderai au ministère de la Justice de faire un suivi et s’il y a des innocents, ils devraient être libérés. Nous ne voulons pas garder des gens en prison simplement parce qu’ils sont Colombiens ou parce qu’ils sont pris pour assassins. Et qui ne sont pas des assassins », a martelé Ariel Henry.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *