Brutalité policière à l’encontre des journalistes : L’IGPNH prétend ouvrir une enquête

Brutalité policière à l’encontre des journalistes : L’IGPNH prétend ouvrir une enquête

L’inspection générale de la PNH a, prétendument, ouvert une enquête afin de faire la lumière autour de l’incident impliquant des agents de l’Unité Départementale de Maintien d’Ordre (UDMO) qui ont bombardé un véhicule de la Radio-Télé Pacific, clairement identifié, de gaz lacrymogène, le 10 février dernier lors d’une manifestation antigouvernementale.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Le porte-parole de l’IGPNH, Jonet Vital, qui en a fait l’annonce, dit regretter ce comportement jugé arbitraire des agents de la police.

« Une équipe de l’IGPNH a rencontré le PDG du média, Hervé Lerouge, dans le cadre de cette enquête », a poursuivi l’inspecteur général, arguant que les agents fautifs seront punis conformément aux règlements internes de la PNH.

Par ailleurs, l’Inspecteur général Vital informe qu’un policier a été renvoyé de l’institution, 4 autres mis en disponibilité sans solde, 13 agents de la PNH ont été suspendus, selon un bilan des réalisations de l’IGPNH pour le mois de janvier 2021.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *