Cap-Haïtien-Mobilisation : Moïse Jean-Charles lance un ultimatum au secteur bancaire

Cap-Haïtien-Mobilisation : Moïse Jean-Charles lance un ultimatum au secteur bancaire

La manifestation populaire lancée par la plateforme Pitit Dessalines au Cap-haïtien en vue d’exiger, entre autres, un apaisement social, la disponibilité du carburant, la démission du premier ministre Ariel Henry et dénoncer le climat d’insécurité, a réuni des milliers de personnes. Dans son discours prononcé au terme de cette mobilisation populaire, le leader de la plateforme Pitit Dessalines, Jean Charles Moïse a lancé un ultimatum au secteur bancaire du pays.

« Il faut que le taux de change passe à moins de 100 gourdes, d’ici une semaine », a exigé Jean Charles Moïse qui menace d’incendier les banques commerciales du pays, de fermer les portes des succursales des différentes banques commerciales du Nord, si le taux de change ne passe pas à moins de 100 gourdes d’ici au vendredi 30 août prochain.

« Advienne que pourra », a-t-il martelé.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Pour Jean Charles Moïse, le secteur bancaire a comploté avec les autorités monétaires pour privatiser le dollar, en imposant leur propre taux de change à la population.

Des manifestations se sont déroulées dans plusieurs autres grandes villes du pays, notamment aux Cayes, aux Gonaïves, Petit-Goâve, entre autres, pour exiger de meilleures conditions de vie et un climat sécuritaire dans le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *