• C’est fini le télétravail pour les professeurs en cas de COVID-19

    C’est fini le télétravail pour les professeurs en cas de COVID-190

    Depuis la rentrée, il n’est plus permis aux professeurs d’enseigner à distance s’ils présentent des symptômes de la COVID-19, et leur période d’isolement de cinq jours sera déduite de leur banque de congés maladie.
    « Le Centre de services scolaires nous a informés que les enseignants ayant des symptômes de la COVID-19 n’étaient plus autorisés à assurer leurs cours en télétravail pendant leur période d’isolement », détaille François-Olivier Loignon, enseignant dans la région de Québec. 
    Les profs sont toujours tenus de s’isoler pendant 5 jours, mais devront désormais déduire ces jours de leur banque de congés maladie annuelle, ce qui suscite l’incompréhension du corps professoral.  
    « Je n’ai que 6 jours de congés maladie par an, si j’attrape la COVID une fois, il ne me restera qu’une seule journée, déplore l’enseignant. Cela pousse les professeurs à un dilemme impossible : épuiser leur banque de congé maladie en cas d’isolement, ou assurer leurs cours malgré les symptômes, au risque de contaminer d’autres personnes. »
    Contactée par Le Journal, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) a confirmé cette décision.
    « La fin du télétravail pour les professeurs est effective depuis le début de la rentrée, affirme un responsable de la CSQ. C’est une situation préoccupante qui fera l’objet de discussions. Nous sommes en désaccord complet avec cette décision. »
    Retour à la « normale »
    Le 1er juin dernier, l’Assemblée nationale avait adopté la loi mettant fin à l’état d’urgence sanitaire, ainsi qu’à l’arrêté prévoyant les mesures transitoires mises en place pour l’éducation dans le cadre de la pandémie, incluant la possibilité de donner des cours à distance.
    « Avec la fin des mesures sanitaires, on est revenus aux dispositions des conventions collectives classiques, et l’enseignement à distance n’est pas prévu par celles-ci », regrette la CSQ.
    Le ministère de l’Éducation a informé le réseau scolaire des nouvelles consignes applicables le 24 août dernier précisant que « les recommandations s’appliquent de la même manière et sans exception pour le réseau des établissements d’enseignement publics et privés. » 
    « Il y a un manque de clarté au niveau ministériel, déplore un membre de la Fédération autonome de l’enseignement ayant requis l’anonymat. La santé publique prône un retour à la normale et fait comme si la COVID-19 n’existait plus, mais continue d’émettre une consigne d’isolement pour 5 jours. Ce n’est pas cohérent. » 

    LIRE PLUS
  • COVID-19: aucun nouveau décès au Québec0

    Aucun nouveau décès lié à la COVID-19 n’a été recensé au cours des dernières 24 heures au Québec, selon le dernier bilan de la Santé publique. 
    Au total, 1535 Québécois atteints du virus occupent un lit d’hôpital, soit huit de moins que la veille. Parmi eux, 35 personnes se trouvent aux soins intensifs.
    La province a également recensé 584 nouveaux cas détectés dans les centres de dépistage, tandis que 114 tests rapides positifs ont été autodéclarés dans la journée de dimanche.
    Le nombre de travailleurs de la santé absents du réseau en raison de la COVID-19, soit pour un retrait préventif, un isolement ou une attente de résultats, est également en baisse (3235 personnes).

    LIRE PLUS
  • COVID-19: pas de masque pour Éric Duhaime dans une RPA

    COVID-19: pas de masque pour Éric Duhaime dans une RPA0

    NICOLET – Le chef conservateur, Éric Duhaime, a dû défendre sa décision de ne pas porter de masque, dimanche matin, alors qu’il était de passage dans une résidence pour personnes âgées (RPA), à Nicolet, au Centre-du-Québec.
    • À lire aussi: Aînés morts à cause de la COVID-19: les conservateurs promettent une commission d’enquête
    • À lire aussi: Une campagne carboneutre pour tous les partis… sauf un
    « Il n’y a pas de recommandation de la Santé publique qui nous dise de porter le masque. Le gouvernement non plus n’a pas émis de directives à ce niveau-là. Je sais que les autres candidats des autres partis font aussi campagne ‘pas de masque’», a laissé tomber M. Duhaime. 
    Selon lui, « au Québec, on a beaucoup souffert des mesures sanitaires récentes. Les gens présentement profitent de leur liberté ». Cela dit, le chef conservateur a soutenu que «si on m’avait demandé de le mettre (le masque), je l’aurais mis».  
    Éric Duhaime a par ailleurs précisé que ni lui ni aucun de ses candidats, présents sur les lieux de l’annonce, n’a des symptômes de COVID-19. Sur place, à l’exception des journalistes et d’une seule personne, le masque était totalement absent. 
    Sylvain Mercier, propriétaire de la RPA, a soutenu « qu’au CIUSS, on nous a dit de ne pas mettre le masque pour la visite ou quoi que ce soit. On n’est pas dans un CHSLD. On n’est pas à l’hôpital. On est dans une RPA. C’est des gens autonomes ».   
    Recommandation
    Au Québec, le port du masque dans une RPA n’est plus obligatoire depuis le 14 mai dernier.  
    Cela dit, le gouvernement du Québec « recommande » le port du couvre-visage dans certaines situations. C’est notamment le cas pour les personnes « dont l’état de santé les rend vulnérables », « les personnes en contact étroit avec des personnes vulnérables en raison de leur état de santé ou de leur âge » ou encore « les personnes immunodéprimées ». 
    Vendredi soir, M. Duhaime a participé à un rassemblement intérieur du PCQ au hall du Centre Vidéotron. Quelques 2500 personnes étaient présentes dans le hall et 500 personnes à l’extérieur de l’édifice ce soir-là. Personne ne portait de masque.  

    LIRE PLUS
  • Aînés morts à cause de la COVID-19: les conservateurs promettent une commission d’enquête

    Aînés morts à cause de la COVID-19: les conservateurs promettent une commission d’enquête0

    NICOLET | Le parti conservateur du Québec (PCQ) promet la mise sur pied d’une commission d’enquête sur les morts de la COVID-19 dans les CHSLD.
    • À lire aussi: Un candidat fait faux bond au PLQ, qui doit le remplacer en catastrophe
    C’est ce qu’Éric Duhaime a annoncé dimanche matin lors d’un passage dans une résidence pour aînés de Nicolet, au Centre-du-Québec.  
    Dans un document de sept pages intitulé Pour une plus grande autonomie de nos aînés, le PCQ affirme que « le mauvais traitement des aînés durant la crise sanitaire montre la nécessité de réformes urgentes à notre système de services sociaux et de la Santé publique ».  
    Jusqu’à maintenant, deux rapports ont été produits au sujet de la gestion de la pandémie. En janvier 2022, la Commissaire à la santé et au bien-être, Joanne Castonguay, a conclu que «le Québec n’était pas prêt» à affronter la première vague de la pandémie.
    En mai 2022, la coroner Géhane Kamel a affirmé que les aînés les plus vulnérables ont été dans «l’angle mort» du gouvernement et de la société.
    Autres propositions
    En tout, le PCQ a fait neuf propositions pour les aînés. Le parti veut renforcer le soutien à domicile, instituer un crédit d’impôt pour le prolongement de carrière et mettre en place une assurance autonomie. 
    Les conservateurs suggèrent également de décentraliser les services, de réduire les risques d’isolement, d’appuyer les proches aidants et d’assouplir la réglementation pour construire des maisons bigénérationnelles.   
    Le crédit d’impôt pour le prolongement de carrière peut aller jusqu’à 23 000$ pour les 60 ans et plus et jusqu’à 25 000$ pour les 65 ans et plus, en incluant l’exemption personnelle de base qui passerait à 20 000$.    
    Plus de détails à venir…

    LIRE PLUS
  • États-Unis : le test Covid-19 non obligatoire pour les voyageurs à partir du dimanche 12 juin

    États-Unis : le test Covid-19 non obligatoire pour les voyageurs à partir du dimanche 12 juin0

    L’administration Biden devrait annoncer, ce vendredi, la levée de l’obligation pour les voyageurs de présenter un test négatif de dépistage du Covid-19 avant d’entrer aux États-Unis, selon un haut responsable de l’administration.

    LIRE PLUS
  • France: vers la fin du port du masque obligatoire dans les transports

    France: vers la fin du port du masque obligatoire dans les transports0

    Le ministre de la santé français, Olivier Véran, a annoncé, ce mercredi 11 mai, à l’issue d’un conseil des ministres, la fin du port du masque dans les lieux de transport public. Celui-ci restera obligatoire uniquement dans les centres de santé.

    LIRE PLUS

LES DERNIERS ARTICLES