Chez Mathias Pierre, l’incompétence rime avec l’arrogance

Chez Mathias Pierre, l’incompétence rime avec l’arrogance

Le ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des questions électorales, Mathias Pierre, a, une fois de plus, prouvé son incompétence lors d’une récente intervention sur la Télévision Nationale d’Haïti (TNH).

Un extrait de cinq minutes de l’émission, devenu viral sur les réseaux sociaux, expose le niveau d’arrogance de ce ministre, ancien allié de Jean-Charles Moïse au niveau de Pitit Dessalines. Invité à faire le point sur l’avancement du processus électoral, le ministre Pierre, très critiqué sur les réseaux sociaux pour son revirement politique spectaculaire, a tenté d’imposer au journaliste sa façon de conduire l’entrevue. Une indécence aveugle, diraient certains!

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Interrogé sur une question cruciale relative au nombre de cartes d’identification nationale délivrées par l’Office National d’Identification (ONI), Mathias Pierre, ne disposant pas d’informations, a préféré tourner en rond, s’attarder sur les 4,5 millions déjà enregistrés, chercher à intimider le journaliste au lieu de faire taire son arrogance.

Le pire, l’ancien opposant farouche au régime qui pense pouvoir s’ériger en défenseur patenté, a osé faire la leçon à M. Lindor, journaliste de carrière. « Si vous voulez avoir plus d’informations, prenez votre caméra, allez au bureau de l’ONI », a-t-il laché, sans gêne, sur les plateaux de la TNH.

La question du nombre d’électeurs ayant leurs cartes en main a peu d’importance, de l’avis de l’ancien entrepreneur converti en homme politique. Pourtant, ils sont nombreux les citoyens qui se plaigent de la lenteur du processus de livraison de l’ONI. Peut-être que le processus électoral que M. Pierre veut défendre est virtuel et le vote aura lieu sur la base de données de l’ONI. Sinon, la quantité de citoyens ayant leurs cartes en main ne saurait importer peu, aux yeux de M. Pierre.

Le nombre de citoyens ayant déjà recupéré leur CIN est fondamental, et même indispensable à une bonne évaluation du déroulement du processus devant aboutir au référendum qu’il compte organiser le 27 juin prochain. Rappelons-le à M. Pierre : l’information, c’est le pouvoir!

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *