Corée du Nord: 15 nouveaux morts de «fièvre» en pleine flambée de COVID-19

Corée du Nord: 15 nouveaux morts de «fièvre» en pleine flambée de COVID-19

Quinze nouveaux décès dus à de la «fièvre» ont été enregistrés en Corée du Nord, trois jours après l’annonce officielle du tout premier cas de COVID-19 dans le pays, a affirmé samedi l’agence officielle KCNA. 
• À lire aussi: Corée du Nord: 21 nouveaux morts en pleine épidémie de COVID-19
• À lire aussi: La propagation de la COVID-19 en Corée du Nord probablement liée à une parade militaire selon des experts
• À lire aussi: COVID-19 en Corée du Nord: que savons-nous du système de santé?
Selon elle, un total de 42 personnes sont décédées, tandis que 820 620 cas de fièvre ont été signalés, dont au moins 324 550 sont sous traitement médical. 
Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, a reconnu samedi que l’épidémie avait provoqué «un grand bouleversement» dans le pays. «La propagation d’une maladie maligne vient bouleverser notre pays coréen», a-t-il dit.
KCNA a rapporté que «tous les provinces, villes et comtés du pays ont été totalement confinés et que les lieux de travail, les centres de production et les résidences ont été fermés».
Bien qu’il ait activé en urgence son système de quarantaine afin d’enrayer la propagation de la maladie parmi les 25 millions d’habitants dont aucun n’est vacciné, le pays fait état chaque jour d’un grand nombre de nouveaux cas. 
Pyongyang avait annoncé jeudi que des personnes avaient été déclarées positives au sous-variant BA.2 d’Omicron et avait annoncé son premier mort. Kim Jong-un avait ordonné aussitôt des mesures de confinement. 
La Corée du Nord, qui a été l’un des premiers pays au monde à fermer ses frontières en janvier 2020, après l’apparition du virus dans la Chine voisine, s’est longtemps vantée de sa capacité de tenir le virus à distance. Jusqu’alors, elle n’avait signalé aucun cas confirmé de COVID-19 à l’OMS.
Le système de santé du pays — l’un des pires au monde — est défaillant et manque de médicaments et d’équipements essentiels, selon des experts.

Quinze nouveaux décès dus à de la «fièvre» ont été enregistrés en Corée du Nord, trois jours après l’annonce officielle du tout premier cas de COVID-19 dans le pays, a affirmé samedi l’agence officielle KCNA. 

• À lire aussi: Corée du Nord: 21 nouveaux morts en pleine épidémie de COVID-19

• À lire aussi: La propagation de la COVID-19 en Corée du Nord probablement liée à une parade militaire selon des experts

• À lire aussi: COVID-19 en Corée du Nord: que savons-nous du système de santé?

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Selon elle, un total de 42 personnes sont décédées, tandis que 820 620 cas de fièvre ont été signalés, dont au moins 324 550 sont sous traitement médical. 

Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, a reconnu samedi que l’épidémie avait provoqué «un grand bouleversement» dans le pays. «La propagation d’une maladie maligne vient bouleverser notre pays coréen», a-t-il dit.

KCNA a rapporté que «tous les provinces, villes et comtés du pays ont été totalement confinés et que les lieux de travail, les centres de production et les résidences ont été fermés».

Bien qu’il ait activé en urgence son système de quarantaine afin d’enrayer la propagation de la maladie parmi les 25 millions d’habitants dont aucun n’est vacciné, le pays fait état chaque jour d’un grand nombre de nouveaux cas. 

Pyongyang avait annoncé jeudi que des personnes avaient été déclarées positives au sous-variant BA.2 d’Omicron et avait annoncé son premier mort. Kim Jong-un avait ordonné aussitôt des mesures de confinement. 

La Corée du Nord, qui a été l’un des premiers pays au monde à fermer ses frontières en janvier 2020, après l’apparition du virus dans la Chine voisine, s’est longtemps vantée de sa capacité de tenir le virus à distance. Jusqu’alors, elle n’avait signalé aucun cas confirmé de COVID-19 à l’OMS.

Le système de santé du pays — l’un des pires au monde — est défaillant et manque de médicaments et d’équipements essentiels, selon des experts.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *