COVID-19: 125 000 doses de Moderna aux poubelles

COVID-19: 125 000 doses de Moderna aux poubelles

D’après les informations obtenues par TVA Nouvelles, 125 000 doses de Moderna ont expiré depuis deux jours et ce chiffre pourrait continuer de grimper. 
• À lire aussi: Vaccination au Québec: 20 millions de doses plus tard, une seule personne a été indemnisée
Rappelons que 107 000 doses ont été détruites depuis le début de la pandémie, tous vaccins confondus.
Au début du mois de juin, TVA Nouvelles apprenait que près d’un million de doses, dont la date d’expiration approche, seraient détruites d’ici la fin de l’été. 
Les coûts engendrés par la perte de ces doses de vaccin demeurent inconnus. 
«Nous n’avons pas divulgué plus de détails afin de protéger notre position de négociation et les informations commerciales de nature délicate sur les prix», a réagi le cabinet de Filomena Tassi, ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, par communiqué. 
Au Québec, le ministre de la Santé Christian Dubé a répondu de la même façon qu’il y a deux semaines. 
«On a dit au fédéral que, si jamais on avait des vaccins qui arrivaient en expiration, on pourrait leur en envoyer parce qu’on veut justement garder un bon inventaire», avait alors dit M. Dubé. 

D’après les informations obtenues par TVA Nouvelles, 125 000 doses de Moderna ont expiré depuis deux jours et ce chiffre pourrait continuer de grimper. 

• À lire aussi: Vaccination au Québec: 20 millions de doses plus tard, une seule personne a été indemnisée

Rappelons que 107 000 doses ont été détruites depuis le début de la pandémie, tous vaccins confondus.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Au début du mois de juin, TVA Nouvelles apprenait que près d’un million de doses, dont la date d’expiration approche, seraient détruites d’ici la fin de l’été. 

Les coûts engendrés par la perte de ces doses de vaccin demeurent inconnus. 

«Nous n’avons pas divulgué plus de détails afin de protéger notre position de négociation et les informations commerciales de nature délicate sur les prix», a réagi le cabinet de Filomena Tassi, ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, par communiqué. 

Au Québec, le ministre de la Santé Christian Dubé a répondu de la même façon qu’il y a deux semaines. 

«On a dit au fédéral que, si jamais on avait des vaccins qui arrivaient en expiration, on pourrait leur en envoyer parce qu’on veut justement garder un bon inventaire», avait alors dit M. Dubé. 

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *