COVID-19 en Chine: des habitants se révoltent contre un confinement

COVID-19 en Chine: des habitants se révoltent contre un confinement

Des habitants de Canton, dans le sud de la Chine, ont affronté les forces de l’ordre après le prolongement d’un confinement, selon des vidéos vérifiées par l’AFP, signe de l’exaspération croissante vis-à-vis de la politique sanitaire zéro COVID. 
Depuis le mois dernier, une partie des 18 millions d’habitants de cette grande métropole font l’objet de restrictions aux déplacements, en raison d’un rebond épidémique.
Le district de Haizhu, où habitent environ 1,8 million de personnes, est celui qui concentre la plupart des cas positifs.
Lundi, les autorités ont décidé de prolonger jusqu’à mercredi soir un confinement en vigueur dans la majeure partie du district.
Des vidéos mises en ligne lundi soir et vérifiées par l’AFP montrent des centaines d’habitants manifester dans la rue.
Certains, en petits groupes, abattent les grandes barrières en plastique qui servent à confiner des immeubles ou des quartiers.
Sur d’autres images tournées dans le district de Haizhu, des manifestants s’en prennent à des agents en combinaison intégrale de protection blanche.
«On ne veut plus de tests!» scandent des manifestants, tandis que certains lancent des objets sur les forces de l’ordre.
Une autre vidéo montre un homme traverser à la nage la rivière qui sépare Haizhu du district voisin. Des passants laissent entendre que l’individu tente d’échapper au confinement.
Les manifestations en Chine sont moins fréquentes qu’en Occident et surtout moins médiatisées.
Mais les réseaux sociaux font régulièrement l’écho ces derniers mois de scènes d’exaspération de la population face à l’inflexible politique zéro COVID. 
Cette dernière consiste notamment en des confinements dès l’apparition de quelques cas, en des restrictions aux voyages et en des tests PCR parfois quasi quotidiens.
Nombre de Chinois se plaignent de ces restrictions inopinées, qui provoquent dans certains cas des pénuries alimentaires et compliquent l’accès aux soins des personnes confinées.
Au début du mois, les autorités chinoises ont ainsi présenté leurs excuses après la mort d’un enfant de trois ans, intoxiqué au monoxyde de carbone. 
Dans un message publié sur internet puis effacé, son père accusait les agents chargés de l’application du confinement d’avoir entravé son accès à l’hôpital.
En avril, lors du confinement de Shanghaï, des habitants avaient affronté des policiers venus les obliger à céder leurs appartements pour y isoler des personnes positives au coronavirus.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Des habitants de Canton, dans le sud de la Chine, ont affronté les forces de l’ordre après le prolongement d’un confinement, selon des vidéos vérifiées par l’AFP, signe de l’exaspération croissante vis-à-vis de la politique sanitaire zéro COVID. 
Depuis le mois dernier, une partie des 18 millions d’habitants de cette grande métropole font l’objet de restrictions aux déplacements, en raison d’un rebond épidémique.
Le district de Haizhu, où habitent environ 1,8 million de personnes, est celui qui concentre la plupart des cas positifs.
Lundi, les autorités ont décidé de prolonger jusqu’à mercredi soir un confinement en vigueur dans la majeure partie du district.
Des vidéos mises en ligne lundi soir et vérifiées par l’AFP montrent des centaines d’habitants manifester dans la rue.
Certains, en petits groupes, abattent les grandes barrières en plastique qui servent à confiner des immeubles ou des quartiers.
Sur d’autres images tournées dans le district de Haizhu, des manifestants s’en prennent à des agents en combinaison intégrale de protection blanche.
«On ne veut plus de tests!» scandent des manifestants, tandis que certains lancent des objets sur les forces de l’ordre.
Une autre vidéo montre un homme traverser à la nage la rivière qui sépare Haizhu du district voisin. Des passants laissent entendre que l’individu tente d’échapper au confinement.
Les manifestations en Chine sont moins fréquentes qu’en Occident et surtout moins médiatisées.
Mais les réseaux sociaux font régulièrement l’écho ces derniers mois de scènes d’exaspération de la population face à l’inflexible politique zéro COVID. 
Cette dernière consiste notamment en des confinements dès l’apparition de quelques cas, en des restrictions aux voyages et en des tests PCR parfois quasi quotidiens.
Nombre de Chinois se plaignent de ces restrictions inopinées, qui provoquent dans certains cas des pénuries alimentaires et compliquent l’accès aux soins des personnes confinées.
Au début du mois, les autorités chinoises ont ainsi présenté leurs excuses après la mort d’un enfant de trois ans, intoxiqué au monoxyde de carbone. 
Dans un message publié sur internet puis effacé, son père accusait les agents chargés de l’application du confinement d’avoir entravé son accès à l’hôpital.
En avril, lors du confinement de Shanghaï, des habitants avaient affronté des policiers venus les obliger à céder leurs appartements pour y isoler des personnes positives au coronavirus.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *