COVID-19: le bilan de la pandémie dans le monde grimpe à 184 000 morts

COVID-19: le bilan de la pandémie dans le monde grimpe à 184 000 morts

COVID-19: le bilan de la pandémie dans le monde grimpe à 184 000 morts
(Paris) La pandémie de nouveau coronavirus a fait au moins 183 707 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles.
Plus de 2 636 740 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 193 pays et territoires depuis le début de l’épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Parmi ces cas, au moins 696 700 sont aujourd’hui considérés comme guéris.
Les États-Unis, qui ont recensé leur premier décès lié au coronavirus début février, sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 46 785 décès pour 842 624 cas. Au moins 76 614 personnes ont été déclarées guéries.
Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont l’Italie avec 25 085 morts pour 187 327 cas, l’Espagne avec 22 157 morts (213 024 cas), la France avec 21 340 morts (155 860 cas), et le Royaume-Uni avec 18 100 morts (133 495 cas).
La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l’épidémie a débuté fin décembre, a officiellement dénombré au total 82 798 cas (10 nouveaux entre mercredi et jeudi), dont 4632 décès (0 nouveau), et 77 207 guérisons.
Depuis mercredi à 15 h, la Guinée équatoriale a annoncé un premier décès lié au virus sur son sol.
L’Europe totalisait, jeudi à 7h, 113 855 décès pour 1 276 161 cas, les États-Unis et le Canada 48 859 décès (882 814 cas), l’Asie 7495 décès (182 737 cas), l’Amérique latine et les Caraïbes 6166 décès (122 620 cas), le Moyen-Orient 5992 décès (138 672 cas), l’Afrique 1243 décès (25 796 cas), et l’Océanie 97 décès (7943 cas).
Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Le point sur la pandémie

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 qui a fait plus de 183 000 morts dans le monde.
Sommet de l’UE
L’Allemagne est prête, « dans un esprit de solidarité » et sur « une période limitée », à des « contributions beaucoup plus importantes » au budget de l’Union européenne face à l’épidémie, a promis la chancelière allemande Angela Merkel avant un sommet avec ses partenaires.
L’activité du secteur privé dans la zone euro s’est effondrée en avril à un rythme « sans précédent » en plus de 20 ans d’enquête, selon le cabinet Markit.
L’économie française est comme un « organisme placé sous anesthésie » qui « n’assure plus que ses fonctions vitales », a constaté jeudi l’Insee. Le secteur marchand hors loyers est presque réduit de moitié (49 %) avec le confinement.
En Autriche, l’économie devrait enregistrer en 2020 une récession historique comprise entre 5,25 % et 7,5 % du PIB, selon l’institut de référence Wifo.
L’Allemagne a décidé d’un nouveau programme d’aides économiques évalué à 10 milliards d’euros. Il s’ajoute à un programme total de soutien à l’économie de quelque 1100 milliards d’euros.
Plus de 183 000 morts dans le monde
La pandémie a tué au moins 183 707 personnes dans le monde, dont près des deux tiers en Europe, depuis son apparition en décembre en Chine, selon un comptage AFP à partir de sources officielles jeudi à 7 h. Plus de 2 636 740 cas ont été diagnostiqués dans 193 pays et territoires.
Les États-Unis sont le pays le plus lourdement touché avec 46 785 morts. Suivent l’Italie (25 085 morts), l’Espagne (22 157), la France (21 340) et le Royaume-Uni (18 100).
La Chine au secours de l’OMS
Quelques jours après le désengagement américain, la Chine a annoncé jeudi qu’elle verserait 30 millions de dollars supplémentaires à l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
L’institution a averti que le monde est loin d’en avoir fini avec le nouveau coronavirus. « Ce virus nous accompagnera pendant longtemps », a déclaré le directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus.
Après les critiques sur sa gestion de la crise, le chef de l’OMS a affirmé que l’agence avait déclaré l’urgence sanitaire internationale « au bon moment », le 30 janvier, « lorsque le reste du monde avait suffisamment de temps pour se préparer ».
Trump restreint l’immigration
Le président des États-Unis Donald Trump a annoncé qu’il avait signé le décret suspendant temporairement la délivrance de cartes vertes afin de protéger les travailleurs américains en pleine crise liée au coronavirus.
La pandémie de COVID-19 a mis au chômage 22 millions d’Américains.
Amnistie
Le Pérou va amnistier quelque 3000 détenus vulnérables à la pandémie de coronavirus.
Course au vaccin
En Allemagne, l’autorité fédérale chargée de la certification des vaccins a donné son feu vert à des essais cliniques sur des humains menés par le laboratoire allemand BioNTech, basé à Mayence, en lien avec le géant américain Pfizer. Il s’agit des cinquièmes essais réalisés sur l’homme dans le monde.
L’université britannique d’Oxford doit pour sa part lancer jeudi des essais cliniques sur l’homme, affichant l’espoir très ambitieux de pouvoir rendre le vaccin disponible pour le public dès l’automne.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *