COVID-19: une vingtaine de cas du variant XXB.1.5 confirmés au Canada

COVID-19: une vingtaine de cas du variant XXB.1.5 confirmés au Canada

Une vingtaine de cas du nouveau sous-variant XXB.1.5 de la COVID-19, réputé encore plus agressif que le variant Omicron dont il est issu, ont déjà été confirmés au Canada. 
• À lire aussi: COVID-19: le complotiste à la hache dans le pétrin en raison de ses amendes
• À lire aussi: Covid: l’Allemagne va demander un test aux voyageurs en provenance de Chine
• À lire aussi: La frontière entre Hong Kong et la Chine continentale rouvre aux voyageurs dimanche
Selon ce qu’a indiqué l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) à divers médias, 21 cas ont été confirmés d’un océan à l’autre pour le moment.
«Les scientifiques de l’ASPC continuent de surveiller les cas au Canada et son développement à l’international», a précisé l’organisation fédérale.
L’Agence n’a pas ventilé la répartition des cas confirmés par province. Au Québec, une poignée de cas auraient été détectés pour le moment depuis décembre, tandis que la Colombie-Britannique a reconnu en avoir recensé cinq jusqu’ici.
Selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis, la plus récente forme du virus à préoccuper les États-Unis acquiert rapidement le statut de variant dominant.
Selon des données publiées vendredi dernier, le XXB.1.5 représentait 41 des nouvelles infections, contre seulement 4 % au début du mois.
Le nouveau variant est particulièrement virulent dans le nord-est des États-Unis, où il représente environ trois infections sur quatre.
Les premières recherches scientifiques laissent entrevoir que le variant XXB.1.5 serait le plus efficace à ce jour pour échapper aux anticorps générés par la vaccination ou une infection précédente à la COVID-19. Malgré sa haute contagiosité, il ne semble pas causer de symptômes plus graves que ses prédécesseurs.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Une vingtaine de cas du nouveau sous-variant XXB.1.5 de la COVID-19, réputé encore plus agressif que le variant Omicron dont il est issu, ont déjà été confirmés au Canada. 
• À lire aussi: COVID-19: le complotiste à la hache dans le pétrin en raison de ses amendes
• À lire aussi: Covid: l’Allemagne va demander un test aux voyageurs en provenance de Chine
• À lire aussi: La frontière entre Hong Kong et la Chine continentale rouvre aux voyageurs dimanche
Selon ce qu’a indiqué l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) à divers médias, 21 cas ont été confirmés d’un océan à l’autre pour le moment.
«Les scientifiques de l’ASPC continuent de surveiller les cas au Canada et son développement à l’international», a précisé l’organisation fédérale.
L’Agence n’a pas ventilé la répartition des cas confirmés par province. Au Québec, une poignée de cas auraient été détectés pour le moment depuis décembre, tandis que la Colombie-Britannique a reconnu en avoir recensé cinq jusqu’ici.
Selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis, la plus récente forme du virus à préoccuper les États-Unis acquiert rapidement le statut de variant dominant.
Selon des données publiées vendredi dernier, le XXB.1.5 représentait 41 des nouvelles infections, contre seulement 4 % au début du mois.
Le nouveau variant est particulièrement virulent dans le nord-est des États-Unis, où il représente environ trois infections sur quatre.
Les premières recherches scientifiques laissent entrevoir que le variant XXB.1.5 serait le plus efficace à ce jour pour échapper aux anticorps générés par la vaccination ou une infection précédente à la COVID-19. Malgré sa haute contagiosité, il ne semble pas causer de symptômes plus graves que ses prédécesseurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *