Dans les marais salants d’Haïti: l’or blanc et les oubliées de la société

Dans les marais salants d’Haïti: l’or blanc et les oubliées de la société

Un peu plus de 67 000 tonnes de sel sont produites en Haïti, selon les dernières données disponibles du Comité interministériel d’Aménagement du Territoire. La grande majorité provient du département de l’Artibonite où les femmes extraient ce sel dans des conditions inhumaines.

L’Artibonite est le bastion de la production de sel marin en Haïti. 70% du sel produit dans le pays provient des trois communes de ce département dont Anse-rouge, Grande-Saline et Gonaïves. À Raboteau, un quartier populaire situé au bord de la mer au sud-ouest des Gonaïves, se trouve une importante mine d’or blanc. Dans ce quartier comme partout dans le pays, le sel est souvent récolté par des femmes qui travaillent dans des conditions rudimentaires, sans gants ni bottes. Des conditions de travail archaïques et inhumaines pour gagner de quoi nourrir leurs enfants. Ces femmes, exposées à de graves pathologies du fait de l’exposition prolongée au sel pur, sont non seulement oubliées par la société mais aussi par les autorités. Reportage de Ronel Paul.

 
Le parquet de Port-au-Prince à nouveau cambriolé
«Un énième cambriolage», comme l’explique Frantz Duval du Nouvelliste. Selon le chef du parquet, les voleurs ont bu sur place des caisses de bière entreposées au Palais de justice, emporté des réfrigérateurs mis à la disposition des juges et des commissaires du gouvernement ainsi que des téléphones portables qui se trouvaient dans certains dossiers. Ce nouveau cambriolage au Tribunal de première instance de Port-au-Prince intervient vingt-quatre heures après que le directeur général de la Police nationale, Frantz Elbé, a présenté à la presse des armes à feu et de l’argent saisis au cours des différentes opérations des forces de l’ordre. Le palais de justice de Port-au-Prince se situe au bicentenaire, en pleine zone contrôlée par les gangs.

 
Le Sénat américain échoue à adopter une loi garantissant l’accès à l’avortement
Le Sénat américain a échoué, le mercredi 11 mai 2022, à adopter une loi garantissant l’accès à l’avortement dans tout le pays, à l’heure où ce droit est fortement menacé par une décision à venir de la Cour suprême. Ce vote était surtout symbolique, les démocrates ne disposant pas des 60 voix sur 100 nécessaires pour avancer sur ce texte. Mais il s’inscrit dans un combat plus large des progressistes pour tenter de protéger le droit à l’avortement en cette année électorale. « Pour la première fois en 50 ans, une majorité conservatrice, une majorité extrême de la Cour suprême est sur le point de décréter que les femmes n’ont pas le contrôle sur leur propre corps », a alerté, le ton grave, le chef des démocrates au Sénat Chuck Schumer juste avant le vote. À son issue, la vice-présidente Kamala Harris a estimé qu’il s’agissait avant tout d’un signal : « Cela signifie que la priorité pour tous ceux qui se soucient de cette question, est d’élire des dirigeants «pro choix» tant à l’échelon local que fédéral, car ce que nous voyons dans ce pays, ce sont des leaders républicains extrémistes qui cherchent à criminaliser et à punir les femmes qui prennent des décisions concernant leur propre corps ».

Un peu plus de 67 000 tonnes de sel sont produites en Haïti, selon les dernières données disponibles du Comité interministériel d’Aménagement du Territoire. La grande majorité provient du département de l’Artibonite où les femmes extraient ce sel dans des conditions inhumaines.

L’Artibonite est le bastion de la production de sel marin en Haïti. 70% du sel produit dans le pays provient des trois communes de ce département dont Anse-rouge, Grande-Saline et Gonaïves. À Raboteau, un quartier populaire situé au bord de la mer au sud-ouest des Gonaïves, se trouve une importante mine d’or blanc. Dans ce quartier comme partout dans le pays, le sel est souvent récolté par des femmes qui travaillent dans des conditions rudimentaires, sans gants ni bottes. Des conditions de travail archaïques et inhumaines pour gagner de quoi nourrir leurs enfants. Ces femmes, exposées à de graves pathologies du fait de l’exposition prolongée au sel pur, sont non seulement oubliées par la société mais aussi par les autorités. Reportage de Ronel Paul.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

 
Le parquet de Port-au-Prince à nouveau cambriolé
«Un énième cambriolage», comme l’explique Frantz Duval du Nouvelliste. Selon le chef du parquet, les voleurs ont bu sur place des caisses de bière entreposées au Palais de justice, emporté des réfrigérateurs mis à la disposition des juges et des commissaires du gouvernement ainsi que des téléphones portables qui se trouvaient dans certains dossiers. Ce nouveau cambriolage au Tribunal de première instance de Port-au-Prince intervient vingt-quatre heures après que le directeur général de la Police nationale, Frantz Elbé, a présenté à la presse des armes à feu et de l’argent saisis au cours des différentes opérations des forces de l’ordre. Le palais de justice de Port-au-Prince se situe au bicentenaire, en pleine zone contrôlée par les gangs.

 
Le Sénat américain échoue à adopter une loi garantissant l’accès à l’avortement
Le Sénat américain a échoué, le mercredi 11 mai 2022, à adopter une loi garantissant l’accès à l’avortement dans tout le pays, à l’heure où ce droit est fortement menacé par une décision à venir de la Cour suprême. Ce vote était surtout symbolique, les démocrates ne disposant pas des 60 voix sur 100 nécessaires pour avancer sur ce texte. Mais il s’inscrit dans un combat plus large des progressistes pour tenter de protéger le droit à l’avortement en cette année électorale. « Pour la première fois en 50 ans, une majorité conservatrice, une majorité extrême de la Cour suprême est sur le point de décréter que les femmes n’ont pas le contrôle sur leur propre corps », a alerté, le ton grave, le chef des démocrates au Sénat Chuck Schumer juste avant le vote. À son issue, la vice-présidente Kamala Harris a estimé qu’il s’agissait avant tout d’un signal : « Cela signifie que la priorité pour tous ceux qui se soucient de cette question, est d’élire des dirigeants «pro choix» tant à l’échelon local que fédéral, car ce que nous voyons dans ce pays, ce sont des leaders républicains extrémistes qui cherchent à criminaliser et à punir les femmes qui prennent des décisions concernant leur propre corps ».

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *