Des partis politiques exigent le respect du mandat de Jovenel Moïse

Des partis politiques exigent le respect du mandat de Jovenel Moïse

Des partis et organisations politiques et de la société civile, signataires de l’accord de Kinam, se positionnent en faveur du respect du mandat quinquennal du président Jovenel Moïse qui, selon eux, arrive à terme le 7 février 2022.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Dans une note commune, une vingtaine de partis et organisations politiques pro-gouvernementaux dont Bouclier, Patrayil, Konsòsyòm Pati Politik, KID, Vérité, PHTK, entre autres, exigent le respect du mandat du chef de l’État. Évoquant l’article 134-1 de la constitution, les signataires de cette note se disent convaincus que le mandat du président Moïse prendra fin le 7 février 2022.

Selon ces partis et organisations politiques, l’article 134-2 de la constitution évoqué par l’opposition pour exiger le départ anticipé de Jovenel Moïse le 7 février prochain, n’est pas applicable dans le contexte socio-politique actuel.

Ils appellent, en ce sens, les acteurs à renouer le dialogue afin de trouver une issue commune à la crise qui prévaut dans le pays.

1 comment

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

1 Comment

  • Alain Robert
    5 février 2021, 17:29

    Qui a t’il de si compliqué pour que ces messieurs de l’opposition et autres politiciens ne peuvent comprendre? A quoi leur servent leurs gros diplômes?

    REPLY