Diplomatie: Des visas d’entrée refusés à certains officiels haïtiens

Des officiels et anciens hauts fonctionnaires de l’État haïtien ont été sanctionnés par les services consulaires de la France, des États-Unis, du Canada, selon des informations dignes foi. Pour l’oncle sam cette mesure ferait suite à la « Loi sur le développement, la responsabilité et la transparence institutionnelle en Haïti », votée par le Congrès.

Ils sont nombreux les responsables haïtiens à être touchés par cette sanction. Le président du tiers du Sénat, Joseph Lambert a vu son visa annulé par le service consulaire de l’ambassade des États-Unis, selon certaines informations. Celui de l’élu de l’Artibonite, le sénateur Gracia Delva, a été révoqué par l’ambassade de France. Même cas de figure pour des officiels et anciens responsables de l’État haïtien. Le ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales, Liszt Quitel, et sa famille ont également été victimes de cette disposition. Le cas du titulaire du MICT serait lié à une plainte déposée contre lui pour son implication présumée dans l’enlèvement du pasteur Jean-Ferrer Michel. Le ministre de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural, Brédy Charlot, et l’ancien Premier ministre haïtien Evans Paul ont eux aussi été touchés par cette décision prise par certains services consulaires étrangers. Des travailleurs de la presse ne seraient pas exemptés de cette disposition.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *