Éphéméride du 2 février : Retour sur l’histoire d’Haïti et celle du monde

Éphéméride du 2 février : Retour sur l’histoire d’Haïti et celle du monde

1802 : Arrivée de la flotte expéditionnaire française au Cap

Leclerc, chef de l’expédition, somma Henri Christophe, commandant de la ville, de la livrer en 24 heures. Pour toute réponse, Christophe ordonna l’incendie de la ville, préférant ainsi la réduire en cendres plutôt que d’obéir Leclerc.

1827 : Explosion de l’arsenal de l’armée à Port-au-Prince
« Cette explosion s’est produite quelques minutes après le départ de Boyer [qui venait de visiter l’arsenal]…Plus d’une centaine de personnes se trouvant sur les lieux… périrent dans cette catastrophe. »

1914 : Conflit opposant l’armée d’Oreste Zamor à celle de Davilmar Théodore
Cette dernière formée dans le Nord et qui se dirigeait à Port-au-Prince, dut rebrousser chemin. En ce jour, le général Emmanuel Oreste-Zamor, fut proclamé « Chef du Pouvoir exécutif » par les généraux de son armée réunis aux Gonaives. Il fit son entrée à la capitale le 7 février et sera élu le lendemain par l’Assemblée Nationale, Président de la République.

1974 : Ordination épiscopale de Mgr François Gayot
Mgr. François Gayot succéda ainsi Mgr. Cousineau à la tête du diocèse du Cap-Haitien. Le nouvel evêque faisait partie, jusque là de la Congrégation des Monfortains.

Journée Internationale

2 février : Journée de la marmotte

Le jour de la marmotte est un événement célébré en Amérique du Nord le jour de la Chandeleur, soit le 2 février.

Groundhog Day

Selon la tradition, ce jour-là, on doit observer l’entrée du terrier d’une marmotte…
Si elle émerge et qu’elle ne voit pas son ombre parce que le temps est nuageux, l’hiver se terminera bientôt.

Par contre, si elle voit son ombre parce que le temps est lumineux et clair, elle sera effrayée et se réfugiera de nouveau dans son trou, et l’hiver continuera pendant encore six semaines.

Made in Europe…

En Europe, la journée de la marmotte n’est pas un événement très présent dans le calendrier. Normal, il y en a peu. Sauf celles qui emballent les tablettes de chocolat !

2 février : Journée Mondiale des Zones Humides

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Chaque année le 2 février, nous célébrons la Journée mondiale des zones humides pour commémorer la signature de la Convention sur les zones humides, le 2 février 1971, dans la ville iranienne de Ramsar, au bord de la mer Caspienne.

Chaque année depuis 1997, des organismes gouvernementaux, des organisations non gouvernementales et des groupes de citoyens à tous les niveaux de la société profitent de l’occasion pour lancer des actions de sensibilisation du public aux valeurs et aux avantages des zones humides en général, et de la Convention de Ramsar en particulier. Ce traité intergouvernemental sert de cadre à l’action nationale et à la coopération internationale pour la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides et de leurs ressources.

Disparition de 50% des zones humides en 50 ans

Définies comme des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d’eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires […], les zones humides couvrent dans le monde entre 748 et 778 millions d’hectares. Au cours des cinquante dernières années, le drainage, la pollution, l’irrigation, les guerres et le changement climatique ont entraîné la disparition de 50% de ces zones humides.

Chaque année, le secrétariat de la convention de Ramsar, propose un thème fédérateur en lien avec l’actualité internationale. 2013 est l’année internationale de la coopération dans le domaine de l’eau : une occasion idéale d’examiner le lien entre l’eau et les zones humides. Le slogan choisi “les zones humides protègent notre eau” reflète l’interdépendance entre l’eau et les zones humides et le rôle crucial que jouent celles-ci.

La diversité culturelle et biologique des zones humides constitue une richesse naturelle dont dépend notre bien-être physique et psychologique. Le patrimoine culturel de nos zones humides est le résultat d’une symbiose qui remonte à la nuit des temps entre les populations et les zones humides, une association qui a enrichi les générations passées et qui, avec votre aide, en fera autant pour les générations futures. Cette association s’est développée en raison de l’utilité des zones humides – en bref, la diversité de la vie végétale et animale des zones humides a assuré la subsistance des populations et leur a procuré de nombreux autres avantages.

Laïka Mezil

Éphéméride du 2 février : Retour sur l’histoire d’Haïti et celle du monde

1802 : Arrivée de la flotte expéditionnaire française au Cap

Leclerc, chef de l’expédition, somma Henri Christophe, commandant de la ville, de la livrer en 24 heures. Pour toute réponse, Christophe ordonna l’incendie de la ville, préférant ainsi la réduire en cendres plutôt que d’obéir Leclerc.

1827 : Explosion de l’arsenal de l’armée à Port-au-Prince
« Cette explosion s’est produite quelques minutes après le départ de Boyer [qui venait de visiter l’arsenal]…Plus d’une centaine de personnes se trouvant sur les lieux… périrent dans cette catastrophe. »

1914 : Conflit opposant l’armée d’Oreste Zamor à celle de Davilmar Théodore
Cette dernière formée dans le Nord et qui se dirigeait à Port-au-Prince, dut rebrousser chemin. En ce jour, le général Emmanuel Oreste-Zamor, fut proclamé « Chef du Pouvoir exécutif » par les généraux de son armée réunis aux Gonaives. Il fit son entrée à la capitale le 7 février et sera élu le lendemain par l’Assemblée Nationale, Président de la République.

1974 : Ordination épiscopale de Mgr François Gayot
Mgr. François Gayot succéda ainsi Mgr. Cousineau à la tête du diocèse du Cap-Haitien. Le nouvel evêque faisait partie, jusque là de la Congrégation des Monfortains.

Journée Internationale

2 février : Journée de la marmotte

Le jour de la marmotte est un événement célébré en Amérique du Nord le jour de la Chandeleur, soit le 2 février.

Groundhog Day

Selon la tradition, ce jour-là, on doit observer l’entrée du terrier d’une marmotte…
Si elle émerge et qu’elle ne voit pas son ombre parce que le temps est nuageux, l’hiver se terminera bientôt.

Par contre, si elle voit son ombre parce que le temps est lumineux et clair, elle sera effrayée et se réfugiera de nouveau dans son trou, et l’hiver continuera pendant encore six semaines.

Made in Europe…

En Europe, la journée de la marmotte n’est pas un événement très présent dans le calendrier. Normal, il y en a peu. Sauf celles qui emballent les tablettes de chocolat !

2 février : Journée Mondiale des Zones Humides

Chaque année le 2 février, nous célébrons la Journée mondiale des zones humides pour commémorer la signature de la Convention sur les zones humides, le 2 février 1971, dans la ville iranienne de Ramsar, au bord de la mer Caspienne.

Chaque année depuis 1997, des organismes gouvernementaux, des organisations non gouvernementales et des groupes de citoyens à tous les niveaux de la société profitent de l’occasion pour lancer des actions de sensibilisation du public aux valeurs et aux avantages des zones humides en général, et de la Convention de Ramsar en particulier. Ce traité intergouvernemental sert de cadre à l’action nationale et à la coopération internationale pour la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides et de leurs ressources.

Disparition de 50% des zones humides en 50 ans

Définies comme des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d’eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires […], les zones humides couvrent dans le monde entre 748 et 778 millions d’hectares. Au cours des cinquante dernières années, le drainage, la pollution, l’irrigation, les guerres et le changement climatique ont entraîné la disparition de 50% de ces zones humides.

Chaque année, le secrétariat de la convention de Ramsar, propose un thème fédérateur en lien avec l’actualité internationale. 2013 est l’année internationale de la coopération dans le domaine de l’eau : une occasion idéale d’examiner le lien entre l’eau et les zones humides. Le slogan choisi “les zones humides protègent notre eau” reflète l’interdépendance entre l’eau et les zones humides et le rôle crucial que jouent celles-ci.

La diversité culturelle et biologique des zones humides constitue une richesse naturelle dont dépend notre bien-être physique et psychologique. Le patrimoine culturel de nos zones humides est le résultat d’une symbiose qui remonte à la nuit des temps entre les populations et les zones humides, une association qui a enrichi les générations passées et qui, avec votre aide, en fera autant pour les générations futures. Cette association s’est développée en raison de l’utilité des zones humides – en bref, la diversité de la vie végétale et animale des zones humides a assuré la subsistance des populations et leur a procuré de nombreux autres avantages.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *